RMC

Fin des panneaux près des radars: "On vise la punition et le portefeuille" selon Daniel Riolo

Les panneaux annonçant les radars fixes vont désormais se situer bien loin des dits-radars. Positionnés 600 mètres en amont auparavant, ils annonceront désormais des radars présents sur un tronçon de 15 kilomètres. Et parfois, aucun radar ne sera présent malgré l'annonce d'un panneau.

Mais où sont passés les panneaux de signalisation de radars fixes? Depuis peu, ils ont légèrement bougé. Désormais, ils annoncent des radars pouvant être situés sur un tronçon de 15 kilomètres au lieu des 600 mètres habituels sur autoroutes et 400 mètres sur les routes limitées à 90 km/h. Certains préviennent même de radars qui en fait n’existent pas.

L’avantage selon la sécurité routière? Inciter le conducteur à rester vigilant sur ce tronçon et respecter la vitesse maximale autorisée.

L’association 40 Millions d’automobilistes dénonce l’aspect piège de cette signalisation qui pourrait devenir la norme et une manière de verbaliser davantage les conducteurs. 40 millions d’automobilistes rappelle que 58% des verbalisations générées par les radars correspondent à des excès de vitesse de moins de 5 km/h.

"Un problème de compétence au sommet de la sécurité routière"

"Les radars fixes ont participé à une évolution positive concernant la sécurité. Mais on continue de pratiquer la punition collective", déplore Pierre Chasseray, le délégué général de l'association 40 millions d'automobilistes, dans "Estelle Midi" ce mardi sur RMC et RMC Story.

"Il y a un problème de compétence au sommet de la Sécurité routière. La Sécurité routière mise tout sur les petits excès de vitesse et ce n'est pas la bonne solution. Ils passent à côté de grands enjeux comme les personnes alcoolisées, les stupéfiants et les téléphones portables", ajoute-t-il.

"Plutôt que la prévention, on vise la punition et nos portefeuilles", déplore de son côté Daniel Riolo. "Un panneau, c'est de la prévention, c'est prévenir parce qu'on peut être inattentif, dans ce cas-là, il faut enlever les panneaux, ça coûtera moins cher de ne pas en mettre. Prenons le parti de ne pas en mettre en misant sur le fait que les gens sont prévenus", ajoute-t-il.

G.D.