RMC

"Gilets jaunes": "Il y a des manifestants qui ont une culture de la violence bien ancrée", confie le préfet de la Loire

Des gilets jaunes rassemblés sur l'esplanade de la Défense, à Paris le 6 avril 2019

Des gilets jaunes rassemblés sur l'esplanade de la Défense, à Paris le 6 avril 2019 - Capture d'écran BFMTV

La préfecture de la Loire a pour la première pris un arrêté pour interdire les manifestations dans le centre-ville de Saint-Etienne.

Paris, Rouen, ou encore Epinal... Plusieurs préfectures ont décidé d’interdire les manifestations des "gilets jaunes" pour l’acte 20 ce samedi. C’est également le cas à Saint-Etienne, où c’est la première fois que la préfecture prend un arrêté pour interdire les rassemblements dans le centre-ville. 

Pour une fois, ce samedi, Catherine n'ouvrira pas son magasin de vêtements pour enfants. Malgré l'interdiction de manifester dans le centre-ville, elle n'en voit pas l'intérêt.

"On commence à en avoir ras-le-bol. Les gens ont changé leurs habitudes. Ils leurs habitudes. Ils viennent le samedi jusqu’à 12h, 13 h, mais ne viennent plus l’après-midi. Donc, en étant ouvert, c’est compliqué", explique-t-elle. 

Des manifestants "violents"

1500 personnes sont attendues à Saint-Etienne sur trois événements : la manifestation régionale des "gilets jaunes", un rassemblement contre les violences policières et des opposants à l'extension d'une carrière. D'où la crainte d'Evence Richard, le préfet de la Loire. "Il y a des inquiétudes parce qu’on va avoir un grand nombre de manifestants qui ne sont pas originaires du département et dont certains ont une culture de la violence bien ancrée", confie-t-il. 

Beaucoup d'enseignes se sont aussi protégés, barricadés. Mais Philippe, lui, va rester ouvert. Une forme de résistance pour ce restaurateur.

"On est tous en difficulté. On ne veut pas tomber dans la psychose de, on est fermé, on laisse la rue aux manifestants et surtout aux casseurs. On ne veut pas que ce soit une ville morte. Donc nous, on y tient, on est ouvert", précise le restaurateur. 

La Biennale du Design sera, elle, fermée au public toute la journée.

Gwenaël Windrestin avec Guillaume Descours