RMC

"Gilets jaunes": les touristes étrangers hésitent à venir visiter Paris

Avec les violences en marge des manifestations des "gilets jaunes", dont les images des Champs-Elysées sous les gaz lacrymogènes ont été diffusées sur les télés du monde entier, les touristes étrangers montrent des signes de frilosité.

L'image de la France souffre-t-elle à l'étranger ? Les violences en marge des manifestations des gilets jaunes, en décembre puis samedi dernier, ont laissé des traces. 200 millions d'euros de dégradations au total, annonçait Bruno Le Maire mercredi soir. Des vitrines brisées, des banques et des kiosques incendiés mais aussi une image de la France dégradée, avec les images des Champs Elysées sous les gaz lacrymogènes, sur les télés du monde entier.

Tout cela dans un contexte où la reprise du tourisme international, qui s'était amorcée en 2017 et fortement amplifiée en 2018, freine à nouveau. En janvier, le nombre d'entrées internationales à chuté de 7,8% contre 4,6% en Italie ou 2,5% en Espagne comme le rapporte Le Monde.

"Quand les Champs-Elysées brûlent, c'est la France entière qui brûle"

Ce jeudi, les professionnels du secteur se sont réunis en Île-de-France, autour de Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d'Etat au tourisme et d'Atout France, l'organisme public de promotion de l'Hexagone. Une réunion pour faire le point et réfléchir à une relance de la destination France. Le secrétaire d'Etat promet déjà une hausse de 25% des crédits de communication pour promouvoir cela.

Les touristes étrangers semblent en effet hésiter à venir dans la capitale française. Ces samedis de violences et des conséquences économiques importantes. Serge Cachan, président du groupe Astotel, regarde ses cahiers de réservations qui se vident ces derniers mois.

"Dans cet hôtel de 40 chambres nous avons reçu une quinzaine d'annulations pour avril. Car quand les Champs-Elysées brûlent, c'est la France entière qui brûle."

Certaines agences asiatiques ont enregistré une baisse de 45% de leurs réservations

Des touristes un peu nerveux. Jiweon est sud coréenne, elle est arrivée il y a une semaine à Paris.

"Il y avait des incendies en pleine rue donc ça nous a inquiété. Ca aurait été génial de se rendre sur les Champs-Elysées mais je pense qu'on doit éviter d'y aller le weekend."

Cette touriste n'a pas annulé son voyage, mais d'autres n'hésitent pas à le faire. Denis Leroy, PDG France de l’opérateur de détaxe Planet, qui scrute les dépenses des touristes extra européens.

"Très vite ce sont les nationalités chinoises, et les Américains aussi qui sont très sensibles. Au vu des images qui sont passées, l'impact sur avril et avril sera négatif évidemment."

Les touristes venus d'Asie semblent les plus frileux. En janvier et février, certaines agences asiatiques ont enregistré une baisse de 45% de leurs réservations.

Rémi Ink et Romain Poisot