RMC

Guerre en Ukraine: la campagne présidentielle toujours chamboulée par la crise

Tous les candidats qui ont obtenu au moins 300 parrainages sont invités à Matignon. L'objectif est de les tenir au courant de la situation en Ukraine. Seule Nathalie Arthaud a choisi de ne pas s'y rendre.

La situation reste tendue en France et partout dans le monde sur la question de la crise ukrainienne. Un cinquième conseil de défense en une semaine s'est tenu ce lundi à l'Elysée avec probablement de nouvelles sanctions économiques contre la Russie. Dans la foulée, comme jeudi dernier, Emmanuel Macron pourrait prendre la parole dans le cadre d'une allocution mais "rien n’est arbitré à ce stade", temporise de façon assez laconique un conseiller du président.

Avec cette guerre en Ukraine, Emmanuel Macron n’a pas encore trouvé le temps d’annoncer officiellement sa candidature à la présidentielle. Ce sera certainement en deuxième partie de semaine. Mais impossible de dire sous quelle forme et dans quel style. La crise ukrainienne est tellement évolutive, que même l'option du meeting à Marseille samedi 5 mars pourrait finalement tomber à l'eau.

>> A LIRE AUSSI - L'exclusion de la Russie du système SWIFT est-elle une sanction efficace?

Tous les candidats à la présidentielle ont eux rendez-vous à Matignon à 15h ce lundi, à condition qu’ils aient déjà reçu plus de 300 parrainages. Un rendez-vous inédit en pleine campagne. L'objectif est de les tenir au courant de la situation en Ukraine avec un “message d'union nationale”. “On est dans l’optique de ne pas entraver Macron dans les négociations”, affirme un soutien de Marine Le Pen, qui sera bien là. Mais pas Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte Ouvrière, qui a refusé de venir et reprend des arguments russes, à la télévision.

“On nous dit que c'est Poutine l’agresseur. Moi, je pense que de dire que c’est la Russie qui a attaqué l’Ukraine, c’est une façon mensongère de présenter la situation”, a-t-elle indiqué.

Jean-Luc Mélenchon, de retour d'un déplacement à La Réunion, se fait représenter par le député La France insoumise, Bastien Lachaud.

Valérie Pécresse attaquent ses rivaux sur la Russie

Les autres seront tous là, notamment, Éric Zemmour qui, dimanche, a choisi d'écrire à Emmanuel Macron pour lui demander de nommer deux émissaires pour la paix: l'ancien ministre des affaires étrangères, Hubert Védrine et Nicolas Sarkozy, dont le nom a aussi été proposé par Valérie Pécresse pour devenir médiateur européen sur l’Ukraine.

La Russie est devenue un argument de bataille électorale pour Valérie Pécresse. 

“J’ai entendu madame Le Pen nous dire, ‘Monsieur Poutine porte, à travers la politique menée en Russie, le programme que nous voulons pour la France’, j’ai entendu Eric Zemmour dire ‘je rêverais d’un Poutine français’. Honte à eux”, avait-elle dit lors d’un meeting en Normandie.

Réponse acerbe du camp d'Eric Zemmour: "Sa posture n'est pas liée à la situation internationale, c'est juste une gesticulation, alors que sa campagne ne prend pas".

Réponse tout aussi détachée chez Marine Le Pen : "On va évidemment nous rebalancer tout ça, mais elle est très à l'aise", se défend un de ses proches, qui assure que la candidate du RN est attentive à l'impact de la guerre sur le portefeuille des Français.

Le service politique de RMC