RMC

Hommage aux deux soldats tués: qu'est-ce que le "commando Hubert" dont ils faisaient partie?

Une sélection rude, des aptitudes physiques hors du commun... Ludovic Olive raconte ce mardi matin sur RMC ce que représente ce commando Hubert dans lequel il figurait tout comme les deux soldats tués la semaine dernière en mission pour libérer des otages au Burkina Faso.

"On est fiers, mais modestes". Le commando Hubert, auquel appartenaient Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, tués en sauvant des otages français, Sud-coréen et américain, au Burkina Faso, est une unité d’élite de l'armée française dont les membres passent une sélection à nulle autre pareille.

Un ancien membre de ce commando, Ludovic Olive, nous a expliqué en direct sur RMC avec le béret caractéristique des unités d'élite de la marine nationale, que pour faire partie de la centaine d'hommes de cette unité, basée près de Toulon (Var), il faut d'abord réussir des tests d'entrée extrêmement difficiles.

Moins de 10% en moyenne des candidats sont admis chaque année

Ce ne sont que les plus forts et les plus motivés qui tentent ensuite d'obtenir le brevet "Nageurs de combat", que seuls possèdent les membres du commando Hubert. Moins de 10% en moyenne des candidats sont admis chaque année au sein du prestigieux commando Hubert.

"On a une durée de stage très longue où l’on sélectionne les meilleurs bérets verts", confirme Ludovic Olive. "Une spécificité entre les commandos basés à Lorient et le commando Hubert est qu'il est spécialisé dans l’approche sous-marine.
Il y a un entraînement quotidien. Une journée type c’est de la plongée, du tir, du parachutisme, le travail sur les procédures en fonction des retours sur le terrain..."

Il sera évidemment présent pour rendre hommage ce mardi aux deux hommes de cette unité qui ont perdu leur vie pour la France.

James Abbott