RMC

Homophobie: le message des Bleus avant la Coupe du monde au Qatar jugé "faible et insuffisant"

Pointés du doigt pour leur participation au Mondial au Qatar, les joueurs de l'équipe de France de football ont annoncé leur intention de verser des dotations aux ONG oeuvrant "pour la protection des droits humains". Une proposition "insuffisante et faible", selon le porte-parole du collectif Rouge Direct, qui milite contre l'homophobie dans le football.

Écologie, droits de l'homme, conditions de travail des ouvriers: cette Coupe du monde au Qatar, qui commence le 20 novembre, n'en finit plus de faire débat. À travers le monde, des organisations se sont élevées contre les violations répétées des droits humains depuis des mois.

Mardi, des ONG ont mené une action symbolique à Zurich, devant le musée de la FIFA, pour l'appeler à défendre les droits de la communauté LGBT+, quelques jours avant le début de la compétition internationale au Qatar, où l'homosexualité est illégale.

Des dons aux ONG engagées dans les droits humains

De leur côté, les joueurs de l'équipe de France ont aussi décidé d'agir. L’association "Génération 2018" a publié ce mardi une lettre à laquelle les Bleus et le staff s'associent, indiquant le versement de dons aux ONG engagées pour les droits de l’homme.

"Dans le contexte troublé de cette Coupe du monde, nous voulons, par cette lettre collective, rappeler notre attachement au respect des droits humains et notre refus de toute forme de discrimination", indique le courrier.

Aucun détail n'a été donné sur les sommes ou sur les noms des organisations concernées. Pour autant, une question fait débat. Est-ce vraiment le rôle? Ils n'ont pas choisi eux-mêmes d'aller là-bas.

"Ce n'est pas comme ça qu'on répond à une vraie crise"

Certains estiment que cette annonce ne suffit pas. "C’est extrêmement faible et insuffisant par rapport à ce que nous souhaitons. Nous demandons une expression des joueurs de l’équipe de France pour soutenir les LGBT qui risquent la prison et les persécutions au Qatar", déclare Julien Pontes, porte-parole du collectif Rouge Direct, qui milite contre l'homophobie dans le football.

D'après lui, la méthode utilisée n'est pas la bonne. "On ne peut pas juste mettre quelques billets et de l'argent, ça n’est pas comme ça qu’on répond à une vraie crise qui concerne le respect des droits humains", ajoute-t-il.

Dans le courrier, les Bleus indiquent que la "passion ne doit pas exclure la cause du malheur de certains".

AB