RMC

"Il nous manque cette clientèle internationale": les professionnels du tourisme comptent sur les Français pour sauver la saison

De nombreux Français font le choix de l’Hexagone pour leurs vacances cet été. Une clientèle sur laquelle compte les professionnels du tourisme, notamment à Marseille.

Avec la crise du coronavirus et la fermeture de certaines frontières, les professionnels du tourisme s'attendaient à une saison compliquée. Mais dans les Bouches-du-Rhône, la baisse du nombre de touristes internationaux est en partie compensée par l'affluence des touristes français. 

Faire une heure de queue sur le vieux port pour attraper un bateau pour les îles du Frioul, ce n’était pas exactement les plans de Anissa pour cet été: "Je devais aller à Mexico mais le coronavirus en a décidé autrement".

Mounia et sa famille eux, ont préféré annuler leurs vacances en Espagne: "On a peur qu’il y ait un reconfinement et qu’on reste coincés dans un pays étranger".

"Un peu moins d’Italiens, un peu moins d’Espagnols, un peu moins d’Allemands"

Si les Français affluent à Marseille, la clientèle étrangère est plus rare comme le remarque Romaric qui vend des glaces sur le vieux port: "Un peu moins d’Italiens, un peu moins d’Espagnols, un peu moins d’Allemands. On le ressent dans le travail".

Une tendance, que confirme Nicolas Guyot, le président de l’union des métiers de l’hôtellerie dans les Bouches-du-Rhône. 

"Il nous manque cette clientèle internationale. En revanche, nous avons cette clientèle française qui elle, ne peut pas aller à l’étranger. Cette clientèle française, qui avait de beaux budgets pour dépenser à l’étranger, se met à dépenser ce budget vacances dans nos établissements".

Malgré la présence des touristes français, dans le département la fréquentation est tout de même en baisse de 30% par rapport à l’année dernière.

Margaïd Quioc (avec C.P.)