RMC

Île de Ré: la justice ordonne en appel le démontage d'une statue de la Vierge Marie

La justice demande à une petite commune de l'Île de ré de procéder au démontage d'une statue de la vierge marie sur la voie publique, invoquant la loi de 1905 actant la séparation entre l'Eglise et l'Etat.

La justice a tranché. Le maire de la commune de La Flotte-en-Ré, sur l’île de Ré, a été sommé de retirer une statue de la vierge Marie située à un carrefour sur le domaine public, au nom de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

La cour administrative d’appel de Bordeaux a confirmé une première décision du tribunal administratif de Poitiers, en mars dernier, elle a par ailleurs enjoint cette commune de Charente-Maritime de 2.800 habitants de "procéder à son enlèvement dans un délai de six mois".

"Il y a des urgences de laïcité beaucoup plus importantes"

"Il faut garder raison", déplore ce mardi sur le plateau d'Estelle Midi Thierry Moreau. "En bas de ma rue, il y a une stèle en forme de croix avec la date de la libération du village, il faudrait donc l'abattre non? On peut être laïque sans être laïcard", estime-t-il. Dans le cas de l'île de Ré, "on est en présence d'un monument qui me semble historique par son histoire et son vécu", ajoute Thierry Moreau qui pointe d'autres problèmes:

"Je pense qu'il y a des urgences de laïcité beaucoup plus importantes. On a vu les signalements d'atteintes à la laïcité dans les établissements scolaires qui sont préoccupants et pour lesquels les enseignants ne sont parfois pas soutenus et qu'il y a du ministère, du mou dans la fermeté qui devrait être nécessaire", plaide Thierry Moreau.

"C'est du révisionnisme"

À La Flotte-en-Ré, la statue de la discorde, qui comporte la mention "vœux de guerre", a été réalisée après la Seconde Guerre mondiale pour une famille reconnaissante de voir un père et son fils rentrer vivants du conflit. D'abord exposée dans un jardin privé, elle a ensuite été donnée à la commune qui l'avait installée en 1983 à un carrefour. Elle avait été endommagée au printemps 2020, percutée par un automobiliste poussant la municipalité à la reconstruire à l’identique et au même emplacement.

"La laïcité, ce n'est pas défaire l'histoire", renchérit Daniel Riolo sur RMC et RMC Story. "La laïcité, ce n'est pas défaire nos traditions et enlever l'idée que notre pays a des racines chrétiennes. Que la religion ne soit pas présente dans les services publics ok mais là c'est clairement abandonner l'histoire. C'est du révisionnisme dans ce qu'est la France", ajoute-t-il, appelant à revoir la loi de 1905.

G.D. avec AFP