RMC

"Ils ont tout saccagé, c'est lamentable": sur RMC, le désespoir d'Alderic, gérant du kiosque incendié lors de la manifestation de ce week-end

Les "marches des libertés" contre le texte de loi "sécurité globale" et les violences policières ont rassemblé samedi dans toute la France 500.000 manifestants, selon les organisateurs. Malgré une ambiance générale plutôt calme, des heurts ont éclaté en marge des cortèges.

Son outil de travail est parti en fumée. Le kiosque à journaux d’Alderic, situé sur la place de la Bastille a été réduit en cendres ce samedi. En cause: les débordements en marge de la manifestation contre le projet de loi de sécurité globale.

Une situation incompréhensible pour Alderic, qui a témoigné ce lundi sur notre antenne: "Des fumigènes ont été lancés depuis l’autre côté de la place et ont atterri sur mon kiosque. C’est ce qui a provoqué un départ de feu (…) A mon avis, les black blocs ont un problème. Je ne comprends pas que des gens qui ont une vie normale viennent casser du flic le week-end. C’est vraiment désolant. Du côté de la police, il y a vraiment eu des maladresses car il ne faut pas répondre à la provocation de ces gens-là".

"Je vais ouvrir tous les jours pour ma clientèle"

Une scène de désolation qui n’a malheureusement pas touché que le kiosque d’Alderic mais également plusieurs commerces alentours: "Ils ont tout saccagé. Ils sont rentrés dans le restaurant Hippopotamus, ils ont balancé les meubles sur la police. Je trouve ça lamentable".

Mais Alderic ne baisse pas les bras. Il a repris le chemin du travail dès le lendemain de la manifestation: "J’ai rouvert dimanche matin pour vendre des quotidiens. Je vais ouvrir tous les jours pour ma clientèle".

La rédaction de RMC (avec C.P.)