RMC

Le fonds de solidarité supprimé, comment l'Etat va continuer à aider les entreprises en difficulté?

-

- - -

À partir du mois prochain, seuls les secteurs qui sont toujours pénalisés par la crise sanitaire, comme certains hôtels et agences de voyage, seront aidés.

Fini le "quoiqu'il en coûte" ! Le gouvernement passe au "sur-mesure", selon les mots de Bruno Le Maire. Lundi, le ministre de l'Economie a annoncé la fin du fonds de solidarité, qui représente 35 milliards d'aides directes aux entreprises depuis le premier confinement, dont l'arrêt est prévu à la fin du mois de septembre pour les entreprises de métropole. Il sera remplacé par l'élargissement du dispositif de prise en charge des coûts fixes, qui était jusque-là réservé aux grandes entreprises. 

À partir du mois prochain, seuls les secteurs qui sont toujours pénalisés par la crise sanitaire seront aidés. Pour la toucher, les agences de voyage, les cafés-restaurants ou encore les cinémas devront envoyer au fisc le montant de leurs pertes, c'est à dire la différence entre ce qu'elles ont gagné et leurs coûts fixes : le loyer, les salaires, les achats de fourniture et les impôts.

L'industrie hôtelière fait grise mine

L'Etat compensera 90% de ces pertes pour les petites entreprises, 70% pour les autres. Une aide "cousue main", calculée à l'euro près selon Bruno Le Maire, mais son versement prendra quelques semaines. Ces délais rallongés sont un motif d'inquiétude pour les chefs d'entreprises.

De son côté, l'union de l'industrie hôtelière regrette aussi que le dispositif ne soit ouvert que lorsque le chiffre d'affaires chute d'au moins 50%, un seuil trop élevé, qui risque d'après elle de laisser des entreprises en difficulté sur le bord de la route.

>> A LIRE AUSSI - Marseille: le plan d'Emmanuel Macron pour la cité phocéenne touchée par une vague de violence

Victor Joanin (avec Guillaume Dussourt)