RMC

"Le plafond de mon bureau s'effondre": la phrase de François de Rugy interpellé par des gilets jaunes

En déplacement en Vendée, le ministre de la Transition écologique a dû répondre aux attaques de gilets jaunes. Il a également tenté de vanter les mérites de la prime à la conversion sans convaincre.

Après Emmanuel Macron, c’est au tour des ministres d’être interpellé par des gilets jaunes. Lors d’un déplacement en Vendée, le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, a été pris à parti par une aide-soignante.

ll a notamment tenté de lui vanter les mérites de la prime à la conversion.

"J’ai une voiture qui a onze ans, comment on fait avec les nouveaux contrôles techniques qui sont drastiques ? J’ai un gamin de 17 ans, je suis seule, je gagne 1200 euros par mois. Comment je fais pour lui payer le permis de conduire ?", demande-t-elle. 

"Dans les ministères on fait des économies"

Mais, visiblement peu convaincu par la réponse du ministre qui lui explique qu’elle peut toucher une prime pour l’achat d’une voiture moins polluante, celle-ci revient à la charge. "Monsieur le ministre, vous ne pouvez pas baisser vos trains de vie pour que nous les petits smicards on puisse vivre correctement". 

Une remarque que François de Rugy n’a pas laissé passer. "Qu’est-ce que vous entendez par baisser vos trains de vie. Si vous voulez, je vous fais visiter mon bureau, les plafonds s’effondrent. Dans les ministères ont fait des économies », répond-il. 

Charles Magnien (Avec G.D)