RMC

Les femmes encore très peu présentes dans le monde du jeu vidéo

Selon les chiffres du baromètre du Syndicat national du jeu vidéo que RMC vous dévoile, seulement 14% de femmes travaillent dans les studios de développement.

L'industrie française du jeu vidéo marche très bien, mais c'est l'un des secteurs les plus en retard sur la parité avec seulement 14% de femmes qui travaillent dans les studios de développement, selon le Baromètre du Syndicat national du jeu vidéo qui sort ce jeudi soir et que RMC s'est procuré.

Ce chiffre n'a pas bougé depuis 3 ans, alors que dans le même temps, presque la moitié des joueurs sont des joueuses (48%), selon une autre étude sortie mercredi soir, cette fois commanditée par le Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs.

Beaucoup de progrès restent donc à faire, à une semaine de la 10e édition de la grand messe du jeu vidéo en France, la Paris Games Week (du 30 octobre au 3 novembre).

"Toujours des petits préjugés quand on achète un jeu ou une console"

Et malgré cette parité des joueurs et des joueuses, l'univers du jeu vidéo reste assez masculin. Pas toujours facile, donc, pour les femmes de s'y retrouver. Les jeux vidéos, Sandy est tombée dedans quand elle avait 12 ans. 16 années plus tard, elle a toutes les consoles. C'est une grande fan de gaming, ce qui surprend, parfois.

"Je suis allée acheter une PS3 il y a deux ans, et le vendeur m'expliquait qu'il n'y aura pas assez de mémoire pour que monsieur joue à GTA (un des titres les plus populaires ndlr). J'ai dû lui dire que ce n'est pas pour monsieur mais pour madame (rires). C'est toujours ce genre de petits préjugés quand on achète un jeu ou une console."

Aujourd'hui, elle vend des jeux vidéos, et dans sa boutique, elle voit de plus en plus de femmes comme Océane: "Ce n'est pas parce qu'on est une fille qu'on joue moins aux jeux vidéos qu'un garçon", rappelle-t-elle.

"On retrouve un peu les travers de beaucoup de métiers techniques et technologiques"

Elle s'installe derrière sa console dès qu'elle peut, mais regrette la persistance de certains clichés dans ces jeux.

"Il y a beaucoup de clichés par rapport aux filles, elles sont forcément en rose et les garçons en bleu, elles ont forcément des grosses poitrines. On voit que ce ne sont pas forcément des filles qui font le jeu."

Alors pour faire bouger les choses, l'association Woman in Games a été créée il y a deux ans en France. Julie Chalmette en est la cofondatrice:

"On retrouve un peu les travers de beaucoup de métiers techniques et technologiques. Il n'y a pas suffisamment de femmes. Ca vaut aussi pour les métiers de la création. Le jeu vidéo a cette connotation masculine qui est fausse et qui est peut-être un peu répulsive pour une femme. Donc on travaille sur le fond pour mieux expliquer les carrières et métiers du jeu vidéo pour que les femmes soient plus présentes dans la production."

Et pour y arriver, son principal outil, c'est la communication, notamment dans les écoles, pour montrer que les métiers du jeu vidéo peuvent être accessibles aux femmes.

Martin Bourdin et Victor Joanin (avec J.A.)