RMC

Malgré le verglas, la métropole lyonnaise choisit de peu saler les routes pour raisons écologiques

Le président EELV de la métropole lyonnaise Bruno Bernard a assuré avoir peu salé les routes pour des raisons écologiques malgré un épisode de verglas. Une décision qui a fait bondir les "Grandes Gueules".

Dans l'agglomération lyonnaise, on fait des économies de sel. Même en cas de sécurité routière, au nom de l'écologie. C'est ce qu'a affirmé le président EELV de la métropole lyonnaise mardi, après un épisode de froid et l'apparition du verglas dans la région, expliquant avoir anticipé de faibles chutes de neige et avoir adapté le salage en conséquence:

"Les plans de salages et d’interventions en cas d’enneigements sont adaptés aux bulletins météorologiques qui précèdent. Cela permet de mobiliser une quantité de matériel normalement approprié d'ajuster la quantité de salage pour un juste équilibre entre la sécurisation de la voirie et les quantités de sel qui vont fatalement se retrouver dans l’environnement", a assuré le président Bruno Bernard sur Twitter, alors que certains reprochaient aux services de la voirie d'avoir trop peu salé les routes.

"La sécurité, on s'en fout"

Une décision qui étonne ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules": "Je trouve ça complètement démago", tacle Bruno Pomart, ancien policier et aujourd'hui maire d'une petite commune. "Ils salent un peu moins les routes, c’est con comme la lune et ça peut être dangereux. S’il y a de gros effets de verglas, il en faut du sel. On dirait que la sécurité, on s’en fout", ajoute-t-il très remonté.

"On ne peut pas choisir entre la fin du monde et la fin de sa vie parce qu’il y a du verglas, il faut sauver les deux", juge de son côté Olivier Truchot. "Les écologistes doivent faire attention aux messages qu’ils envoient, là c’est un très mauvais message qui dit 'tant pis si des gens se tuent sur la route, l’important c’est le climat'", estime-t-il. "C’est un coup de comm", conclu Bruno Pomart.

G.D.