RMC

Marche contre l'islamophobie: comment une discussion avec son fils a convaincu ce père de manifester

Missoum Mébarek raconte sur RMC que c'est au détour d'une conversation dans la voiture avec son fils de 8 ans qu'il s'est décidé à marcher contre l'islamophobie ce dimanche.

Une manifestation qui fait couler beaucoup d'encre avant même qu'elle ne débute. Une cinquantaine de personnalités ont lancé cette semaine un appel à manifester dimanche à Paris pour dire "Stop à l'islamophobie", après l'attaque d'une mosquée et de nouvelles crispations dans le débat public autour du voile depuis plusieurs semaines.

Les organisateurs espèrent réunir 10.000 personnes. Parmi-elles figurera Missoum Mébarek, qui est porte-parole de l'association de la mosquée de Montrouge (Hauts-de-Seine).

Il participera à cette marche pour prôner le vivre-ensemble dans la société française, malgré le risque de récupération politique.

"'Mais papa, à la radio ils disent qu'ils n'aiment pas les musulmans?'"

C'est une banale discussion avec son fils de 8 ans dans la voiture il y a deux jours, qui l'a fait se décider.

"J'écoutais les informations et mon fils m'interpelle et me dit: 'Mais papa, à la radio ils disent qu'ils n'aiment pas les musulmans?' Je lui ai répondu que non pour le rassurer. Et c'est ça qui me donne envie de manifester pour dire stop à cette vague de communication négative à l'égard de la communauté musulmane.
Nos enfants vont avoir l'impression encore une fois d'être mis de côté. Quand mon fils me dit ça, ça me fait peur pour l'avenir. On a envie qu'ils grandissent complètement intégrés et qu'ils s'y sentent bien. Mais on a l'impression qu'ils vont subir ce qu'on a subi et ce que nos parents ont subi. Il faut dire que l'on soit contre toute forme de racisme, et il faut y aller."

Le cortège doit s'élancer à 13h de la Gare du Nord à Paris, pour rejoindre la place de la Nation, où il y aura des prises de parole.

Benoit Ballet (avec J.A.)