RMC

Mort du maire de Signes: le point sur l'enquête, la piste accidentelle désormais privilégiée

Le maire de Signes (Var) est mort percuté par une camionnette qui déposait illégalement des gravats. Le conducteur, âgé de 23 ans, est toujours en garde-à-vue, mais la piste accidentelle est privilégiée pour l'instant.

L'émotion et les questions, après la mort du maire de Signes, une petite commune du Var. Il a été écrasé par une camionnette qui tentait de déposer illégalement des déchets dans la nature. L'élu de 76 ans venait de demander aux deux occupants du véhicule d'enlever les gravats qu'ils avaient abandonné. Si les deux hommes ont obtempéré, ils l'ont mortellement heurté en repartant.

Une enquête a été confiée aux gendarmes de la compagnie de La Valette, elle doit notamment déterminer si cet homicide est volontaire ou non. Si le conducteur reste en garde-à-vue, la piste accidentelle est privilégiée.

Dès le début de sa garde à vue, le conducteur âgé de 23 ans a parlé d'un accident. Pris sur le fait d'un dépôt de déchet sauvage par le maire de Signes, il a rechargé ses gravats dans sa camionnette.

Aucune résistance pendant leur interpellation

Et pour échapper à la menace d'une verbalisation, le suspect a effectué une manoeuvre de recul. Mais sans vitre arrière, il n'a pas vu le maire. Il a percuté le septuagénaire sans en avoir l'intention, a-t-il assuré aux enquêteurs.

Son passager, âgé de 20 ans, a livré la même version. Il a d'ailleurs été relâché mardi après-midi. Il n'y a pas eu de délit de fuite explique une source proche du dossier, qui ajoute que les deux jeunes hommes n'ont opposé aucune résistance pendant leur interpellation.

Le premier adjoint du maire de Signes arrivé rapidement sur place décrit les deux ouvriers "blancs comme un linge", "effondrés", "perdus". Le conducteur pourrait être mis en examen dans la matinée pour homicide involontaire.

Marion Dubreuil (avec James Abbott)