RMC

Multiplications des agressions racistes: "Certains ont mal vécu le confinement, et là, ça pète de partout"

Alain Jakubowicz, avocat-président d’honneur de la Licra, souligne sur RMC que l'effet cocotte-minute du confinement fait que la violence explose dans le pays et que les agressions racistes augmentent en conséquence.

Le nombre d’agressions racistes a progressé en 2020. Elles sont en augmentation de 5% sur l’année 2020, et de 21% si l’on ajoute l’année 2019. Le ministère de l’Intérieur précise pourtant que les infractions recensées ne représentent "qu’une faible partie des faits à caractère raciste", car beaucoup d’entre eux ne font l’objet d’aucune plainte.

Il existe un autre instrument de mesure, c’est une enquête de l’INSEE, qui demande aux Français s’ils sont été victimes au moins une fois d’une atteinte à caractère raciste, antisémite ou xénophobe. A cette question, plus d’un million de personnes ont répondu oui, ce qui montre l’ancrage de ces discriminations au quotidien. Cette même enquête précise qu’en 2019, 47% des immigrés originaires d’Afrique noire ont été confrontés au racisme.

"En France on a souvent pensé que le racisme était l'apanage du blanc, catholique, nanti"

Maître Alain Jakubowicz, avocat-président d’honneur de la Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme), était l'invité de RMC ce mercredi matin et assure qu'il n'est malheureusement pas surpris par la violence de cette agression physique et verbale dans le Val-d'Oise qui a beaucoup choqué ces derniers jours. 

"On feint de s'étonner mais ça fait des années à la Licra qu'on dénonce ce phénomène. C'est du racisme inter-communautaire. Le racisme est ancré en l'Homme. Il n'a pas de couleur. C'est vrai qu'en France on a souvent pensé que le racisme était l'apanage du blanc, catholique, nanti, citadin...
Mais c'était une énorme erreur. Il faut reconnaître que le racisme s'exprime de partout. Et depuis des années il explose. On n'est même plus dans le communautarisme, on est dans l'ethnicisme. Personne n'a voulu voulu entendre ça alors que c'est une réalité quotidienne pour nombre de nos citoyens."

"Le racisme anti-Noirs est archi-présent au Maghreb"

"Il y a un problème d'éducation. A l'intérieur de certaines communauté il y a des poncifs. Le racisme anti-Noirs est archi-présent au Maghreb et nombre de gens qui y ont vécu vous expliqueront comment les Noirs sont traités au Maghreb. C'est une réalité culturelle, une réalité historique. On parle à juste titre de la part de responsabilité de la France à l'époque de l'esclavage, cette part s'inscrit dans une histoire globale."

"Dans une société où les gens sont heureux, sortent, vous avez mécaniquement une baisse de ce phénomène"

Avec un forme de fatalité, il explique que le contexte fait qu'à court terme peu d'améliorations peuvent être en vue d'ici à ce qu'on sorte de la crise du Covid-19.

"Comment lutter contre les mauvais penchants de la nature humaine ? Il y a aussi un effet confinement, déconfinement. La violence explose dans la société avec cette espèce de cocotte-minute dans laquelle nous avons vécu. Certaines personnes ont mal vécu le confinement. Et là, ça saute, ça pète de partout. On voit tous les jours ce déchaînement de violence. Et le racisme est un des modes d'expressions, et du verbe au geste il n'y a qu'un pas.
Dans une société où les gens se portent bien, avec le plein-emploi, où les gens sont heureux, sortent, vous avez mécaniquement une baisse de ce phénomène. On le sait. C'est courant. Donnez de l'emploi, du sourire, du plaisir. Et le phénomène du racisme obéit aussi à ces règles-là."

>>> A LIRE AUSSI - Agression raciste à Cergy: l'homme recherché par la police interpellé

J.A.