RMC

"On sait que ça va être une grande supercherie": avant l'allocution, les "gilets jaunes" doutent de la crédibilité d'Emmanuel Macron

Emmanuel Macron va faire ce jeudi soir ses annonces après la fin du "grand débat national". Une prise de parole attendue par les "gilets jaunes" même s'ils ont peu d'espoir.

Les "gilets jaunes" attendent la déclaration d’Emmanuel Macron sans vraiment y croire. Le président de la République va s’exprimer ce jeudi soir pour détailler ses mesures après le "Grand débat national". Une allocution qui était prévue au départ lundi 15, mais qui avait dû être reporté à cause de l’incendie de Notre-Dame de Paris. 

Alors après une longue attente, les manifestants mobilisés depuis le 15 novembre ont hâte. À Montceau-les-Mines, en Saône-et-Loire, les "gilets jaunes" ont tout organisé. "Nous allons installer un téléviseur. On a l’électricité donc nous allons pourvoir regarder tous ensemble l’allocution de monsieur Macron", explique-t-on.

À Calais, David, lui, regardera le président en famille.

"Avec ma femme, mon fils et mes filles, on est trois gilets jaunes à la maison", explique-t-il. Des gilets jaunes impatients. "Depuis deux-trois jours, je regarde les journées, les heures. Je me dis, c’est bientôt, c’est bientôt. On est sur le qui-vive, on va dire", affirme le père de famille. 

Pourtant, malgré cette impatience, les "gilets jaunes" restent très méfiants. "Il n’est pas crédible du tout, on y croit plus. Pour moi ça ne sera qu’une fois de plus", affirme une "gilet jaune".

Un geste fort attendu

Parmi leurs principales attentes, le rétablissement de l'ISF. "Il faut déjà commencer par la justice fiscale. Et ça, même dans les fuites, on n’a pas vu quelque chose qui ressemble à ça", explique un manifestant. 

Ils réclament également un coup de pouce immédiat du gouvernement au pouvoir d'achat. "Moi ce que j’attends de lui, c’est qu’il fasse un geste fort envers les Français notamment sur la TVA sur les produits de première nécessité", indique une "gilet jaune".

Mais avant même d'avoir entendu le chef de l'Etat, les "gilets jaunes" savent qu'ils poursuivront la mobilisation.

"On sait déjà que ça va être une grande supercherie donc on va continuer nos actions et à un moment, il sera bien obligé de nous écouter. Il n’est plus vraiment crédible ce monsieur Macron", explique-t-on. 

Sur la forme, le président devrait commencer par un discours d'une vingtaine de minutes suivi par la conférence de presse de deux heures. 

Marie Regnier avec Guillaume Descours