RMC

Pornographie: "On est exploité", dénonce l'actrice et productrice Nikita Bellucci

Actrice et productrice de films pornorgraphiques, Nikita Bellucci plaide pour un "porno éthique" et dénonce les dérives de l'industrie, alors que plusieurs producteurs sont visés par des procédures judiciaires.

Comment rendre le porno éthique? En respectant et payant correctement actrices et acteurs du milieu. C'est ce pour quoi plaide Nikita Bellucci, actrice et productrice de films pornographiques. "Le porno éthique, c'est un porno qui devrait être normal", explique-t-elle ce jeudi sur le plateau des "Grandes Gueules", sur RMC et RMC Story.

Car de nombreux témoignages sont venus lever le voile sur des pratiques dans le milieu. Et plusieurs producteurs sont dans le viseur de la justice. Mi-juin, Michel Piron, le fondateur du site pornographique Jacquie et Michel, a été mis en examen pour complicité de viol, alors que son site est sous le coup d'une enquête de grande envergure.

Des pressions sur les actrices

Désormais, place à la normalité. "Les acteurs et les actrices doivent être mis au courant des pratiques plusieurs semaines avant le tournage et payés en conséquence", demande Nikita Bellucci, déplorant des pressions pour obliger des actrices à des pratiques non-désirées.

"Financièrement, on est exploité dans ce métier, alors qu'on a nos impôts et nos charges. Il y a beaucoup d'argent dans ce système. Le site se gave, mais il y a une précarité chez les acteurs et les actrices. Si on s'en préoccupe, on se doit de payer correctement les actrices et les acteurs", ajoute-t-elle.

"Une actrice porno n'a pas à travailler dans un état d'ébriété"

Nikita Bellucci évoque aussi des injonctions à boire de l'alcool avant certaines scènes, des pratiques courantes chez Jacquie et Michel selon elle: "Une actrice porno ou n'importe qui n'a pas à travailler dans un état d'ébriété et surtout pas dans ce métier-là".

Enfin, l'actrice témoigne également avoir vu son compte bancaire être fermé parce qu'elle faisait "un métier sale". "Cela m'est arrivé du jour au lendemain et c'est arrivé à beaucoup de collègues", explique Nikita Bellucci.

G.D.