RMC

Pourquoi Gérald Darmanin s'oppose à la construction de la plus grande mosquée d'Europe à Strasbourg

Le ministre de l'Intérieur, invité de RMC ce mercredi matin, monte au créneau sur ce sujet.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin s’oppose à la nouvelle mosquée de Strasbourg. Il a demandé "la saisine de la justice" pour dénoncer le principe d’une subvention de plus de 2,5 millions d’euros de la mairie EELV à la Confédération islamique "Milli Gorus" qui porte le projet de mosquée. Cette confédération est réputée proche de la Turquie. La subvention a été votée au conseil municipale de Strasbourg le 22 mars.

"Une fédération qui défend l’islam politique", pour le ministre de l’intérieur, qui a "refusé de signer la charte des principes de l’Islam de France". La loi concordataire spécifique à l’Alsace-Lorraine permet à la mairie de payer jusqu’à 10% de la construction d’un lieu de culte, comme elle le fait ici. 

"Plus y a de mosquées plus il y aura de place pour tout le monde"

Le chantier de la mosquée Eyyub Sultan a été entamé en 2017 puis un temps stoppé par manque d'argent. Le montant du chantier s'élève à 25 millions d'euros. Ce sera la plus grande mosquée d'Europe.

Entre interrogations de certains Strasbourgeois, et incompréhension de la communauté musulmane locale. A l’ombre de la mosquée en construction, dans une zone industrielle peu fréquentée, des Strasbourgeois musulmans, ne comprennent pas pourquoi la subvention de la mairie fait débat.

"On souhaite simplement l'équité, les autres religions monothéistes y ont droit, que les musulmans alsaciens aussi aient droit à cette subvention. A la grande mosquée de Strasbourg il y a énormément de monde, et même certains obligés de se mettre dehors. Plus y a de mosquées plus il y aura de place pour les autres."

"Il semblerait qu'elle ne soit pas aussi neutre qu'on pourrait le souhaiter"

Derrière la construction de cette mosquée, l’association Milli Gorus, proche de la Turquie. Ce qui interroge certains habitants comme Cathy.

"Ca m'a interpellé, il semblerait qu'elle ne soit pas aussi neutre qu'on pourrait le souhaiter. Je ne suis pas opposée, je suis juste interrogative", lance cette Strasbourgeoise.

Le ministre de l’Intérieur va plus loin en pointant du doigt une "fédération qui défend l’islam politique". La maire de Strasbourg, Jeanne Barseghian.

"La préfète actuelle ne m'a jamais alertée d'aucune manière sur ce projet en particulier. Si les valeurs de la République sont en danger je considère que c'est au ministre de l'Intérieur de nous transmettre les éléments dont il dispose."

La mairie a demandé des garanties de transparences, avant un nouveau vote sur le versement effectif de la subvention. 

Martin Cadoret (avec J.A)