RMC

Que réclament vraiment les "Gilets jaunes"? RMC vous a donné la parole

Les blocages des "gilets jaunes" se poursuivent à travers la France ce lundi matin. Et pour comprendre les revendications des manifestants, la matinale de Jean-Jacques Bourdin a donné la priorité à leurs témoignages.

axes, salaires, carburant… Les revendications des "gilets jaunes" ou de leurs sympathisants sont nombreuses. Mais bien que les attentes des manifestants vis-à-vis du gouvernement varient, tous ont exprimé une seule et même colère sur l’antenne de RMC ce lundi matin.

Le prix des carburants

Virginie, assistante maternelle à Porte-lès-Valence dans la Drôme en appelle à "la démission d’Emmanuel Macron mais déjà qu’il nous baisse le carburant qui est trop cher".

Frédéric quant à lui, est à Dompierre-sur-Avre en Eure-et-Loire. Ses revendications vont au-delà du prix des carburants: "Aujourd'hui, les revendications, c’est plus du tout le gazole. Nous ce qu’on veut c’est l’augmentation des salaires".

Stéphane lui, habite près de Toulouse. Même s’il n’est pas le plus concerné par la hausse des prix du carburant, il soutient les manifestants:

"Je fais partie de la classe moyenne, j’ai un crédit pour ma maison, je suis surtaxé. C’est mon rôle de sortir dans la rue. Et pourtant, j’ai une voiture de fonction, je ne paie pas mon gazole mais ça n’empêche pas. Je me dois d’être solidaire".

Les nombreuses taxes

Jean-Philippe est routier à Bordeaux et lui aussi est en colère contre les nombreuses taxes: "Je demande que tout change parce que ce n’est plus possible. Il faut qu’ils fassent un grand ménage sur toutes les taxes".

Stéphane, fonctionnaire à Langon dans le sud de la Gironde, ne manifeste pas à cause de son travail mais il comprend et soutien les blocages des "gilets jaunes":

"Les fins de mois sont dures et il faut absolument que le gouvernement s’en rende compte. On est asphyxié par les taxes et le pouvoir d’achat qui diminue".

Le pouvoir d'achat

Carole vit dans le Nord à Faches Thumesnil. Elle aussi est en colère contre un pouvoir d’achat qui diminue: 

"Pour moi, le carburant, c’est la goutte qui a fait débordé le vase mais c’est surtout le pouvoir d’achat. Le fuel, le gaz, les gens font des crédits pour payer leurs factures. C’est inimaginable tout ce qu’on paye".

Kévin habite à Laval en Mayenne. Il réclame de pouvoir "vivre de notre travail. Les dépenses contraintes augmentent plus que nos salaires. Je vis à découvert". Un sentiment partagé par Maxime, à Riom dans le Puy-de-Dôme, mais dont les revendications sont plus précises: "Nous demandons une baisse d’au moins 50% de la taxe sur les carburants mais aussi que l’Etat baisse les impôts pour les personnes qui gagnent 2.500 euros".

>>APPEL A TEMOINS RMC

Vous êtes un "Gilet jaune" et vous voulez le faire savoir? Dites-nous pour quelles raisons vous manifestez! 

Racontez-nous dans les commentaires de cet article.

Bourdin Direct (avec C.P.)