RMC

Raqqa, ville libérée mais ville déserte: "On ne sait pas si notre maison a été détruite"

Le camp d'Aïn Issa

Le camp d'Aïn Issa - Delil souleiman / AFP

Les combats contre le groupe Etat islamique sont terminés à Raqqa, en Syrie. Mais la plupart de ses habitants se sont enfuis, se réfugiant dans des camps de civils.

A Raqqa, c'est la fin du cauchemar. La ville syrienne a été libérée de l'occupation djihadiste le 17 octobre. Aujourd'hui, les rues de cet ancien fief du groupe Etat islamique (EI) sont désertes. Des milliers de ses habitants ont trouvé refuge à 50 kilomètres de là, dans le camp d'Aïn Issa.

Abdi et sa famille passent leur journée sous une des tentes collectives. Eux font partie des derniers civils à avoir fui Raqqa peu de temps avant la libération. Ils avaient tenté de s'enfuir avant.

"Lors de l'une de nos tentatives, nous étions avec un de nos voisins, un jeune homme. J'étais derrière lui avec ma famille, un djihadiste est venu. Le jeune homme a refusé (d'obéir) alors le djihadiste a tiré, et il est mort. Nous avons donc rebroussé chemin."

"On ne sait pas si notre maison a été détruite"

Dans ce camp situé dans une plaine aride, d'autres familles sont arrivées il y a des mois déjà. Comme Sliman. Ce dentiste redoute le jour où il pourra retourner chez lui:

"C'est difficile pour nous. Notre maison, mes parents l'ont construite et on vit depuis dedans qu'on est enfant. On ne sait pas si elle est détruite ou non, c'est très dur."

Chaque jour, les Syriens continuent d'affluer dans la camp d'Aïn Issa. Ces populations déplacées viennent pour beaucoup de Deir ez-Zor, où se joue une des dernières batailles contre l'EI.

RMC/BFMTV