RMC

Refus d'ouvrir un centre d'accueil pour SDF: la maire de Montauban dément et dénonce "un coup politique"

Selon Le Monde, la maire de Montauban Brigitte Barèges (LR) a bloqué l'ouverture d'un centre d'accueil pour SDF. Invitée ce vendredi dans Bourdin Direct, elle dément catégoriquement et envisage de porter plainte contre le quotidien.

"La maire de Montauban refuse d’ouvrir un centre d’accueil pour les sans-abris": depuis quelques jours, cette affirmation publiée par le journal Le Monde, fait polémique.

Créé en novembre 2018 par un collectif de 11 associations, dont Emmaüs, et financé par l'Etat à hauteur de 200.000 euros par an, le centre de jour de Montauban a ouvert pendant cinq mois dans un lieu provisoire.

"C’est scandaleux, c’est une véritable diffamation"

Le bail arrivant à expiration en avril, un nouveau local a été trouvé "mais la mairie de Montauban a fait une décision d'opposition à la déclaration préalable de travaux déposée par le gestionnaire du lieu", a expliqué à l'AFP le secrétaire général de la préfecture du Tarn-et-Garonne, Emmanuel Moulard.

Des propos, que dénoncent fermement la maire de Montauban Brigitte Barèges.

"C’est scandaleux, c’est une véritable diffamation. Je vais peut-être porter plainte contre Le Monde ou en tout cas, demander un droit de réponse. Dès lundi nous avons mis en place le plan canicule et ouvert plusieurs sites réfrigérés pour les personnes fragiles. Tout ça, est de la manipulation politicienne dans le dessein de me caricaturer".

"J’en ai assez qu'on me caricature et qu’on me fasse passer pour quelqu’un d’inhumain"

Preuve de l’ampleur de la polémique, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn a même tweeté son indignation: "Abasourdie. Bloquer l'accès à un local frais par 40° C enfreint les règles du plan canicule, si le sens de l'action publique ne suffisait pas à raisonner @BrigitteBareges".

Brigitte Barèges se dit "scandalisée que la ministre de la Santé ose tweeter que nous ne respections pas le plan canicule" et dénonce un "coup politique".

"J’en ai assez qu’on me caricature et qu’on me fasse passer pour quelqu’un d’inhumain alors que nous dépensons des millions d’euros par an pour le social à Montauban. C’est un mauvais procès politicien organisé par mon futur adversaire En Marche aux municipales. Je reconnais que c’est un beau coup politique".
Bourdin Direct (avec Caroline Petit)