RMC

Région la plus touchée, nombre de cas... La ministre du Logement fait le bilan, six mois après la mise en place d'une nouvelle loi contre les squats

DOCUMENT RMC - Depuis le 1er janvier, une nouvelle loi permet d'accélérer les procédures d'expulsion des squatteurs. Et six mois après, Emmanuelle Wargon la ministre du Logement fait le bilan sur RMC.

La ministre déléguée au Logement Emmanuelle Wargon a dressé ce mercredi matin sur RMC le premier bilan de l'observatoire des squats. Depuis le 1er janvier, 124 procédures pour évacuer des squatteurs ont été menées en France. Des mesures désormais plus rapides après la mise en place d'une nouvelle loi, la loi Asap, loi d’accélération et de simplification de l’action publique, votée en décembre dernier et qui permet désormais aux préfets d'expulser les squatteurs en 72h contre parfois plusieurs années auparavant.

"Nous avons eu 124 affaires de squat de maison, signalées depuis le 1er janvier qui peuvent être réglées par la nouvelle loi. On en a traité un peu moins de 100, et d’autres sont en cours de traitement", a-t-elle assuré sur RMC. "Il y a quelques cas où la loi n'est pas applicable notamment sur les locaux commerciaux ou lors de conflits entre un propriétaire et un locataire. La loi n'a pas à se substituer à la justice dans ces cas-là".

"Le droit doit rester du côté des propriétaires. Les squats, c'est 100 fois moins que les cambriolages, on a finalement peu de cas mais chaque cas est un cas de trop", ajoute Emmanuelle Wargon.

L'Île-de-France, la région la plus touchée par les squats

Avec la nouvelle loi, les préfets l'assurent, ils ont les moyens de traiter les cas avec humanité et en rendant leur bien aux propriétaires et dans un temps bien plus court qu'auparavant.

Et en cas de squat, la secrétaire d'Etat tient à prévenir les propriétaires, alors que des kits de squat fleurissent sur internet:

"On a changé la loi, ces guides ne sont pas à jour. Aujourd'hui, peu importe qu'il y ait une quittance d'eau, une instance d'héritage, peu importe la saison, le préfet a les moyens de mettre en demeure les squatteurs de partir et s'ils ne partent pas, il a les moyens de mobiliser la police ou la gendarmerie", veut rassurer Emmanuelle Wargon. 

Dans le détail, c'est en Île-de-France que le plus grand nombre de procédures ont été lancées contre des squats avec 52 dossiers. Viennent ensuite les Hauts-de-France avec 17 cas, suivi de la région Paca (16) et de l'Occitanie (13).

La ministre a également annoncé que tous les hébergements pour SDF seraient maintenus en France malgré la fin de la trêve, soulignant "un gros effort" de 700 millions d'euros:

"À la fin de la trêve hivernale, d'habitude on ferme les places d'hébergement, on se dit que l'on a plus besoin de loger les SDF. Mais cette année on maintient les places ouvertes pour leur permettre d'accéder vraiment au logement avec une meilleure prise en charge et un meilleur accompagnement social", assure Emmanuelle Wargon.

>> A LIRE AUSSI - "La seule solution qu'on a trouvée, c'est le squat": à la rue après l'incendie de leur logement, un famille occupe la maison d'un retraité

Guillaume Dussourt