RMC

"Rien n'a changé!": malgré un mur anti-bruit, les riverains d'une usine Fleury-Michon toujours excédés

Les riverains de l'usine Fleury-Michon de Pouzauges (Vendée) sont excédés. Depuis des mois, ils se battent contre les nuisances sonores créées par le passage des camions jour et nuit. Plusieurs solutions ont été proposées, mais elles ne permettent pas de résoudre le problème.

Les riverains de l'usine Fleury-Michon de Pouzauges (Vendée), n'en peuvent plus. En octobre, nous les avions rencontré pour "RMC s'engage pour vous", ils nous expliquaient que devant l'usine, située à 100m de chez eux, des camions chargaient et déchargaient les marchandises, jour et nuit. Conséquences: les nuisances étaient tellement fortes qu'ils n'en dormaient plus.

Après notre reportage, la préfecture a pris un arrêté. Les camions ne pouvaient plus passer la nuit et l'usine devait trouver des solutions pour faire baisser le niveau sonore. L'entreprise a donc décidé de construire un mur anti-bruit de 38m de long. Sauf que, ce mur, ne passe pas devant toutes les habitations.

Au mois de juin, nous sommes retournés à la rencontre des riverains alors que le mur était en construction et ils étaient dubitatifs.

"Grâce au mur, il n'y aura plus de bruit"

"J'ai envie d'y croire, mais j'ai du mal à croire que ce mur va empêcher d'entendre tout le bruit. S'il avait été devant ma maison, j'aurais dit oui, mais là il s'arrête juste avant ma maison. On nous a promis qu'on entendrait plus rien alors, à voir, moi je demande que ça ", expliquait Audrey, l'une des voisines.

A ce moment-là, nous avions posé la question à la directrice logistique du site, qui avait assuré que grâce au mur, il n’y aurait plus de bruit.

Alors maintenant que le mur est fini, qu'en est-il ?

"Ça ne va pas, rien ne s'est arrangé en fait. Ils ont beau avoir construit le mur, rien n'a changé, au contraire, ça a amplifié parce que ça fait caisse de résonnance. Le son est beaucoup plus fort et beaucoup plus grave", déplore Sylvain, riverain.

D'après lui, les riverains avaient prévenu que le mur n'aurait pas d'impact. "Ils n'ont pas voulu nous écouter, ils ont voulu en faire qu'à leur tête, ils ont dépensé des milliers d'euros pour en arriver là. Tout ça pour rien."

Les camions toujours interdits la nuit

De son côté, Fleury-Michon explique avoir réalisé des nouvelles mesures acoustiques après la construction du mur et l’entreprise assure que l’usine est conforme à la réglementation imposée. Ni RMC, ni l'avocat des riverains n'a pu avoir accès à cette étude.

La préfecture a, elle, reçu les mesures de l'usine mais a demandé un complément d'informations. En attendant, l'arrêté qui interdit le passage des camions la nuit tient toujours.

Joanna Chabas (édité par Astrid Bergere)