RMC

Nuisances sonores: la polémique continue entre des riverains et une usine Fleury Michon en Vendée

A la suite de notre intervention, une usine Fleury Michon doit s’arrêter la nuit pour laisser les riverains dormir. Mais l'activité nocturne risque de reprendre…

Des riverains de l’usine Fleury Michon à La Meilleray-Tillay (Vendée), nous avaient écrit à l’adresse rmcpourvous@rmc.fr parce qu’ils n’en pouvaient plus du bruit. Ces habitants n’arrivaient plus à dormir à cause du va-et-vient des camions chargeant et déchargeant leurs marchandises, tout ça à une centaine de mètres des habitations.

A la suite à notre intervention, la préfecture avait pris un arrêté pour stopper l'activité de l'usine la nuit, en attendant qu'une solution soit trouvée. L’entreprise vient donc de commencer des travaux pour construire un mur anti-bruit.

"C'est pas vivable, même les oiseaux sont partis"

Mais les riverains ne sont pas rassurés pour autant, car ce mur de 38 mètres de long ne passera pas devant certaines maisons, comme s'en émeut Audrey, une riveraine: "Une fois que le mur sera installé, vont-il reprendre les camions? On va devoir repartir dans une bataille". "C'est pas vivable, même les oiseaux sont partis nicher ailleurs tellement ils en ont marre", renchérit Sylvain.

L'avocat des riverains, Maître Christophe Sanson, est venu près du chantier en notre compagnie. Spécialiste des nuisances sonores, lui aussi pense que le mur ne protègera pas les habitants.

"Ce ne paraît pas cohérent. En hauteur ça va on est à plus de 7 mètres. Mais en longueur il y a des maisons qui ne sont absolument pas protégées. Le bruit vas passer de l'autre côté. S'il y a un doute on n'aura pas d'autres solutions que de saisir le préfet pour demander un contrôle par l'inspection des installations classées."

L’activité de l’usine va-t-elle reprendre la nuit?

En tous cas c'est ce qu'espère Fleury-Michon. Comme nous l'a confirmé Florence Rouy, la directrice logistique du site.

"C'est aujourd'hui une mesure temporaire car c'est une contrainte organisationelle qui est forte. Si le cauchemar recommence ça voudrait dire que l'écran ne sert à rien. or, notre objectif est de faire en sorte que les actions qu'on mène soient efficaces. Ce qui est prévu de toutes façons c'est qu'on refasse une mesure de bruit à l'issue de l'ensemble de ces actions. En fonction du résultat on avisera."

Mais le dernier mot reviendra au préfet. Et d'ailleurs, les riverains et leur avocat demandent à ce que les services de la préfecture fassent leur propre étude acoustique… une fois que le mur sera terminé.

Joanna Chabas et les équipes de RMC s'engage pour vous