RMC

A Rouen, le couvre-feu globalement bien respecté par la population

Seulement une quarantaine de verbalisations ont été distribuées dans la ville normande depuis l'instauration du couvre feu de 21h à 6h.

3019 verbalisations sur 19.300 contrôles. C’est le premier bilan du couvre-feu, actif dans neuf métropoles parisiennes de 21H à 6H. Un bilan donné lundi soir par le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sur TF1. Un couvre-feu respecté dans sa "quasi intégralité", a souligné le ministère de l'Intérieur.

Pour rappel, tout contrevenant s'expose à une amende de 135 euros puis, en cas de double récidive à six mois de prison et 3.750 euros d'amende.

21 heures c’est l’heure du départ pour cette équipe de gendarmes et policiers. Direction le centre de Rouen où se côtoient d’habitude les clients de restaurants, terrasses et commerces. Léonard sur son scooter est arrêté, mais il a une attestation de déplacement. 

“Là, il est 21h21, je suis en dehors du couvre-feu. Mais je suis dans la restauration du coup les restaurants ferment à 21H et donc il faut le temps pour que je rentre chez moi”, explique-t-il. 

Peu de verbalisations

Mais d’autres en ont pour leur frais comme cet homme qui se rendait à pied chez son amie. Il est contrôlé par le brigadier Arnaud. “On vient de contrôler une personne, comme il le dit, avait ‘bravé’ le confinement. Donc on lui met une amende qui s’élève à 135 euros”, indique-t-il. 

Depuis le début du couvre-feu, seulement une quarantaine de verbalisations ont été distribuées à Rouen. Pour le commissaire Christophe Urien, les Rouennais jouent le jeu. 

“C’est une bonne surprise de voir que les gens ont le sens du civisme et qu’ils rentrent chez eux en respectant les lois et les règlements. Et c’est tant mieux”, assure-t-il.

La rue Jeanne d’Arc en centre-ville en est témoin. 21h30 et quasi-vide, du jamais-vu depuis le confinement selon ces policiers. 

Benoit Ballet et Maryline Ottman avec Guillaume Descours