RMC

Affaire Frédéric Péchier: les familles "écœurées" que le médecin puisse reprendre le travail

La chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Besançon a confirmé que le contrôle judiciaire du Dr. Frédéric Péchier ne l'empêchait pas de reprendre le travail, malgré les soupçons de 24 empoisonnements dont 9 mortels.

Mis en examen pour 24 empoisonnements de patients, dont 9 mortels, et soupçonné de 8 autres, Frédéric Péchier va-t-il malgré tout pouvoir reprendre la médecine? Finalement, son contrôle judiciaire ne l'interdit pas d'exercer, à l'exception de l'anesthésie, sa spécialité. Une situation confirmée mercredi par la chambre de l'instruction de la Cour d'appel de Besançon. Le procureur de la République de Besançon a annoncé jeudi qu'il allait contester cette décision.

L'homme de 50 ans est suspecté d'avoir pollué volontairement des poches de perfusion de patients pour provoquer des arrêts cardiaques. L'idée qu'il reprenne le travail ne plait pas du tout aux victimes et aux familles des victimes. Pour eux, c’est clair: Frédéric Péchier ne doit pas redevenir médecin.

"Pas envisageable un seul instant qu'il soit autorisé à exercer la profession de médecin", selon le procureur de Besançon

Archibald Celeyron, l’avocat d’une de ces familles, témoigne sur RMC du choc au moment où ils ont appris la nouvelle. "Ils sont tous écoeurés par cette décision rendue par la chambre de l'instruction", assure-t-il.

Son client avait 4 ans au moment de l’empoisonnement et a toujours des séquelles causées par les agissements du soignant: étourdissements, vomissements, problème de concentration à l'école...

De son côté, le parquet demandera un alourdissement du contrôle judiciaire "au nom du principe de précaution", explique Etienne Manteaux, procureur de Besançon. "Par rapport à l'extrême gravité des faits pour lesquels il est mis en examen, il n'est pas envisageable un seul instant qu'il soit autorisé à exercer la profession de médecin", a-t-il lancé durant une conférence de presse.

"Frédéric Péchier a toujours contesté une quelconque implication dans les faits qu'on lui reproche"

Pour la défense de Frédéric Péchier, il s’agit surtout de respecter la présomption d’innocence: "On peut mettre en examen en France sans aucun indice grave concordant: le Dr. Frédéric Péchier a toujours contesté une quelconque implication dans les faits qu'on lui reproche", souligne Randall Schwerdorffer, avocat de Frédéric Péchier.

L'avocat assure également que le praticien a envie de reprendre le travail. "Même financièrement il a besoin de travailler, et il n'a plus de vie sociale", explique Randall Schwerdorffer.

Frédéric Péchier est convoqué en mars, pour être entendu sur 8 autres cas d’empoisonnement.

Vincent Chevalier (édité par J.A.)