RMC

Affaire Kinder: certains chocolats potentiellement contaminés depuis Noël

Ferrero avait détecté la présence de salmonelles dès le 15 décembre dans son usine d'Arlon, en Belgique. L'Allemagne a procédé à des rappels sur des chocolats de Noël de Kinder, mais pas la France.

Kinder, Buitoni... Les révélations sur ces scandales alimentaires se multiplient chaque jour un peu plus. Cette fois, c'est l'ONG Foodwatch qui accuse Ferrero d'avoir délibérément laissé dans les rayons des produits chocolatés pouvant être contaminés à la salmonelle.

Selon cette ONG, les autorités britanniques avaient prévenu Ferrero dès le 23 mars de la présence possible de salmonelle dans ses chocolats Kinder. L'industriel aurait donc attendu 12 jours pour rappeler ses produits en France.

Pire, la présence de salmonelle dans l'usine d'Arlon, en Belgique, avait été détectée dès la mi-décembre, il y a presque quatre mois. Le groupe l'a lui-même reconnu dans un communiqué daté du 7 avril.

Au moins 134 malades ont été identifiés en Europe

Le groupe Ferrero confirme d'ailleurs que des Kinder vendus à Noël ont pu être contaminés. Donc attention si vous en avez encore dans vos placards. En fait, ce sont tous les chocolats produits dans l'usine d'Arlon qui sont rappelés.

Cela pose d'ailleurs question puisque les chocolats de Noël n'apparaissent pas sur les rappels en France alors que c'est le cas en Allemagne.

L'ONG Foodwatch soulève ainsi deux questions majeures dans un communiqué diffusé mardi: "Le groupe Ferrero a-t-il bien rappelé tous les produits concernés en France, y compris ceux de Noël ? Et pourquoi les rappels en France n’informent-ils pas aussi clairement qu’en Allemagne que certains des produits de Noël, qui peuvent encore être dans nos placards, sont également concernés ?".

Dans cette affaire, au moins 134 malades ont été identifiés en Europe.

L’organisation a mis en ligne il y a quelques jours une pétition exigeant la fin de l’impunité et de l’opacité dans ces scandales alimentaires. Une pétition qui a déjà recueilli près de 39.000 signatures ce mercredi.

Marie Dupin (édité par J.A.)