RMC

Alcool au volant: "Quand on prend son dernier verre, le taux d’alcool continue de monter pendant une heure"

RMC
Chaque année, une vingtaine de personnes perdent la vie le soir du réveillon du nouvel An dans des accidents de la route où l'alcool est en cause.

À l'approche du réveillon de la Saint-Sylvestre, il est essentiel de rappeler les bonnes règles en matière d'alcool et de conduite alors qu'une vingtaine de personnes meurent chaque année le soir du nouvel an dans des accidents de la route. Et à cette occasion, Anne Lavaud déléguée générale de l'association prévention routière alerte sur la teneur des verres, retoquant l'adage qui stipule que deux verres permettent encore de conduire alors que trois empêchent toute utilisation de véhicule.

"Tout le monde se dit: 'un verre ça va mais trois verres, bonjour les dégâts'. C’est vrai! Après deux verres on peut prendre le volant, mais uniquement si l'on a bu deux verres avec des doses de bars. Les verres que l'on sert à la maison n'ont rien à voir avec cela", rappelle-t-elle ce lundi sur le plateau de RMC. Et si vous souhaitez reprendre la route, il est essentiel de connaître le temps d'élimination de l'alcool.

"En réalité il y a 50% des Français qui ne savent pas évaluer le temps d’élimination d’alcool. Quand on prend son dernier verre, le taux d’alcool continue de monter pendant une heure et ne commence à décroître de 0,1 gramme d’alcool par litre de sang toutes les heures. 62% des Français ne savent pas non plus évaluer leur propre taux d’alcoolémie", ajoute Anne Lavaud.

La grève fait craindre une recrudescence des comportements à risques en Île-de-France

Et la déléguée générale de l'association Prévention routière tient à rappeler que le dosage autorisé pour les personnes détentrices de permis probatoires est de 0,2 grammes d'alcool par litre de sang et non 0,5. Enfin, elle assure que son association milite pour la mise en place d'éthylotests directement liés aux véhicules afin d'empêcher leur démarrage en cas de dépassement de la limite autorisée: "À partir de 2022, tous les véhicules sortiront avec une prise", pour brancher directement l’éthylotest de démarrage. Un dispositif que l'association voudrait généraliser à l'ensemble des véhicules. 

En attendant, Anne Lavaud essaie de changer les comportements, un processus qui selon prend une génération: "Les générations progressent tout comme les messages. Il y a 10 ans, l'utilisation des éthylotests était perçue par 25% des Français comme une bonne chose. Aujourd'hui ils sont plus de 40% à le penser", se félicite-t-elle. "Le fait de rentrer en VTC en taxi ou en transport en commun, est passé de 8% à plus de 30%", comme perception d'une bonne solution, ajoute Anne Lavaud qui craint cependant une recrudescence des comportements à risques en raison des perturbations des transports en communs liées aux grèves à Paris.

"Les habitants des grandes villes sont fatigués, les Parisiens particulièrement et ce qui nous inquiète c'est le retour du 31 mais aussi la journée du 1er janvier puisque la circulation risque d'être plus importante en l'absence de train. Les gens vont reprendre la route avec une dette de sommeil", a assuré plus tôt Anne Lavaud lors d'un point presse.
Guillaume Dussourt