RMC

"Au moins je sers à quelque chose": des retraités appelés en renfort pour contrôler les pass sanitaires dans les restaurants

REPORTAGE RMC - Des restaurateurs vendéens ont lancé un appel aux retraités pour venir donner un coup de main à l'entrée des établissements. Certains, comme Nicole, 68 ans, sont ravis.

Des papys et mamies videurs à l'entrée des bars et restaurants ? Dans moins d’une semaine, lundi prochain, l’application du pass sanitaire sera être étendue à l’entrée d’établissements recevant du public. Comment s’organiser pour contrôler ces pass, notamment à l’entrée des cafés et des restaurants?

Les professionnels de la restauration ont déjà du mal à trouver des bras en salle et en cuisine, alors mettre quelqu’un à l’entrée relève pour certain d’un véritable casse-tête.

En Vendée, le syndicat des professionnels du secteur, l’UMIH, vient de lancer un appel aux retraités. Objectif: qu’ils viennent prêter main-forte et qu’ils contrôlent les pass à l’entrée, bénévolement.

"C'est important de donner un peu de temps et de disponibilité"

Et, certains retraités ont déjà répondu à l’appel. Exemple à La-Roche-sur-Yon (Vendée). C’est en lisant son journal que Nicole, 68 ans a découvert l’appel aux retraités pour contrôler les pass sanitaires. "Je n'ai pas hésité une seconde, j'ai tout de suite été partante pour aider", explique-t-elle.

Dès la semaine prochaine, elle ira donc bénévolement sur son temps libre donner un coup de main à l’entrée de restaurants et de cafés à La Roche-sur-Yon.

"C'est tout à fait gratifiant, je peux rendre service, je sers à quelque chose. C'est important de donner un peu de temps et de disponibilité"

Une aide qui soulage Edouard le patron du café de la poste. Il a déjà du mal à trouver des bras pour servir ses 70 couverts chaque midi. Et même s’il arrivait à recruter, pour lui il serait difficile de payer un salarié uniquement pour vérifier les pass.

"Condamner une personne à l'entrée de l'établissement, sachant qu'on a du mal à recruter, c'est quasiment impossible aujourd'hui, on ne sait pas comment on va le faire, il faudrait une personne supplémentaire. On n'a pas les moyens d'augmenter nos menus de 2-3 euros pour pouvoir payer quelqu'un en plus"

Dans le département de la Vendée, ce sont déjà une trentaine de retraités qui ont proposé leurs services à des restaurateurs.

>>> A LIRE AUSSI - "Je suis un résistant": les cafés et restaurants opposés au pass sanitaire s'organisent avant son entrée en vigueur

Cyprien Pézeril avec J.A.