RMC

Avec la crise du Covid-19, les dossiers de surendettement se multiplient

REPORTAGE RMC - Les Français de plus en plus touchés économiquement en raison du Covid-19 ? Les dossiers de surendettement déposés à la Banque de France s'accumulent.

Samedi, à l’occasion de la journée mondiale pour le refus de la misère, le gouvernement va faire des annonces pour "les plus vulnérables" économiquement. Depuis plusieurs mois, les plus précaires sont encore plus touchés que les autres par la crise sanitaire. Et notamment sur le plan économique. 

Après des mois de "pause" liés au Covid-19, les dépôts de dossiers de surendettement repartent à la hausse à la Banque de France. Selon la Banque de France, 10.014 dossiers déposés en septembre contre 8885 en août et les organismes s'attendent à une explosion dans les semaines à venir.

"Je ne peux pas payer mes échéances et la banque réclame la totalité de mes crédits ouverts il y a plusieurs années"

Difficulté à rembourser un crédit dans un contexte économique difficile. L’association Crésus a pour but d’écouter et d’accompagner les personnes en situation de surendettement. Depuis la rentrée, l’association fait face à une vague importante de demandes. Dans une association d'aide aux personnes surendettées, l'association Crésus à Strasbourg, les coups de téléphone s’enchaînent au standard. Danielle est bénévole à l’association, et depuis la rentrée, elle constate que les appels deviennent de plus en plus nombreux.

Au bout de la ligne, Martin, déjà dans une situation fragile avant la crise sanitaire. Ce musicien et père de deux enfants a perdu pied financièrement pendant le confinement, faute de revenus. Il est aujourd’hui endetté à hauteur de 9.000 euros, et va déposer un dossier de surendettement auprès de la Banque de France.

"Au moment où j'espérais prendre une respiration, non-seulement je ne peux pas payer mes échéances et la banque réclame la totalité de mes crédits ouverts il y a plusieurs années"

"On s'attend à une vraie grosse vague au premier semestre 2021"

C’est souvent l’absence de stabilité professionnelle qui mène au surendettement. Pauline Dujardin, juriste de l’association, craint que la situation s’aggrave dans les semaines à venir avec de nombreux licenciements.

"On est vraiment sur le principe de gens qui vont être licenciés en lien avec le Covid-19, et qui vont perdre la capacité de remboursement qu'ils avaient au moment de la conclusion du crédit. Les gros projets de licenciements ne sont pas encore intervenus. On s'attend à une vraie grosse vague au premier semestre 2021."

L’association incite les personnes en difficulté à se manifester dès les premiers impayés pour obtenir rapidement de l’aide.

Mahauld Becker-Granier (avec J.A.)