RMC

"C'est rassurant d'aller là où il y a la famille": les habitants des grandes villes envisagent de partir par crainte du confinement

Cette période de crise sanitaire génère inévitablement de l’angoisse. Alors, pour s’éloigner un peu du stress, nombreux sont les Français qui font le choix de se mettre au vert.

Les mesures de confinement rendent-elles la ville invivable? Surtout à Paris, où le confinement dans des petits appartements inquiète les habitants. Pour ceux qui ont la chance de pouvoir partir dans une maison secondaire ou chez leurs parents hors de la ville, l'exode a déjà commencé.

Après un week-end très angoissant, Antoine ne se voit rester dans son appartement parisien avec sa petite fille: "Ça ressemble au premier jour d’une nouvelle vie. Mon angoisse personnelle, profonde et immédiate c’est de rester en environnement urbain et d’avoir à faire face à une montée progressive soit d’anxiété, soit de panique, soit de déprime. Je réfléchis à me tirer d’ici, à quitter la ville et aller chez des amis. Si j’ai l’opportunité de me barrer avant que des flics m’empêchent de circuler librement sur le territoire, je préfère être à la cambrousse".

"Je serai dans un appart au quatrième et rester confinée c’est un peu angoissant à la longue"

Quitter la ville pour se mettre au vert, Marilou n'a pas hésité longtemps. Cette étudiante a pris la route pour retourner chez ses parents à Clermont-Ferrand: "Je trouve ça rassurant d’aller là où il y a ma famille, plutôt qu’à Paris et me retrouver un peu seule en confinement. Je serai dans un appart au quatrième et rester confinée c’est un peu angoissant à la longue. Alors que chez mes parents, j’ai un jardin et un balcon donc à la limite, je peux prendre le soleil".

Sans aucune idée de date de retour, Marilou a pris assez d'affaires pour tenir des mois.

Garance Munoz et Victor Joanin (avec C.P.)