RMC

"C'est une annonce qui arrive au bon moment": les centres de vaccination se préparent à un afflux après l'élargissement de l'éligibilité

Les moins de 50 ans qui pensaient attendre encore plusieurs semaines, ont désormais une chance de se faire vacciner rapidement. Et les centres de vaccination de ne pas gâcher la moindre dose.

À partir du 12 mai, tout le monde pourra prendre rendez-vous pour se faire vacciner, par téléphone ou sur internet grâce aux plateformes Doctolib, KelDoc ou ViteMaDose et désormais ChronoDose. Une seule condition : ce sera du jour au lendemain, pour remplir les places laissées vacantes. Les personnes de plus de 60 ans et celles atteintes d'une comorbidité restent évidemment prioritaires et peuvent prendre rendez-vous quand elles le souhaitent. Mais les moins de 50 ans qui pensaient attendre encore plusieurs semaines, ont désormais une chance de se faire vacciner rapidement. 

À Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine, du haut de ses 21 ans, Charlotte ne s’attendait pas à pouvoir recevoir une dose si rapidement: "Je me suis dit que ça allait être vachement lent et au final c'est plus rapide que ce que je pensais, je suis contente". Malgré tout, pour elle aucun doute, les premiers jours, tout le monde risque de s’arracher les créneaux disponibles: "Je vais commencer à regarder doucement et voir dès que je peux sur mon temps libre et une fois que ce sera fait je pourrai partir en vacances et reprendre une vie normale".

"En période de pénurie on ne pouvait pas se permettre de perdre des doses"

Dans le centre de vaccination de la ville, on se prépare déjà à vacciner sans limite d’âge. Plus de personnel, plus de tentes pour pratiquer les injections et bientôt plus de doses, alors dans cette nouvelle organisation, permettre à tous les adultes de récupérer les vaccins qui n’auraient pas trouvé preneur, cela rassure Alexis Freixinos, docteur en pharmacie: "C'est une annonce qui arrive au bon moment. Si le soir on ne trouve pas de personne éligible, ça va permettre de ne pas perdre cette dose. On est en pleine épidémie, on nous parlait de pénurie et en période de pénurie on ne pouvait pas se permettre de perdre des doses".

Heureusement, depuis le lancement de la campagne de vaccination, ici quasiment aucune dose n’a été perdue. Au 6 mai, le ministère de la Santé recensait 17.130.308 personnes ayant reçu au moins une dose dont 7.386.030 en ayant reçu deux.

>> A LIRE AUSSI - Sur RMC, Guillaume Rozier annonce le lancement de "ChronoDose", afin de trouver les créneaux libres pour se vacciner

Florian Chevallay (avec G.D.)