RMC

Ouverture de la vaccination à tous les majeurs dès le 12 mai: pourquoi cette nouvelle accélération?

Les moins de 50 ans qui pensaient attendre encore plusieurs semaines, ont désormais une chance de se faire vacciner rapidement.

Le vaccin, pour tous, dès la semaine prochaine. La vaccination sera ouverte à toutes les personnes majeures à partir du 12 mai lorsque les centres disposeront de rendez-vous non attribués. C'est le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, en déplacement dans un vaccinodrome parisien, qui l'a annoncé jeudi. 

>> A LIRE AUSSI - Emmanuel Macron annonce l'ouverture de la vaccination "sans limite d'âge" à partir du 12 mai quand il reste des doses disponibles

Plus besoin de justifier son âge ou une commorbodité, le rendez-vous pourra être pris sans restriction. Une seule condition : ce sera du jour au lendemain. Impossible de faire une réservation à l'avance car le but c'est de remplir les places vacantes. Comme d'habitude, la réservation peut se faire par téléphone ou sur internet. Par exemple, le moteur de recherche Vitemadose, va mettre en ligne chaque jour à 16h, les rendez-vous disponibles pour le lendemain. Les plateformes, comme Doctolib ou KelDoc, pourront même proposer des créneaux pour le jour même. Les personnes de plus de 60 ans et celles atteintes d'une comorbidité restent évidemment prioritaires. Et peuvent prendre rendez-vous quand elles le souhaitent.

Ne perdre aucune dose

Alors officiellement, l'objectif est d'éviter la perte de la moindre dose, c'est ce qu'a expliqué jeudi Emmanuel Macron lors de son déplacement. Mais cette nouvelle accélération vise aussi à éteindre et éviter certaines polémiques. D'abord répondre à ces élus qui poussent pour lever toutes les restrictions à la vaccination dans leurs centres communaux, mais aussi anticiper l'arrivée massive de doses. 4,5 millions par semaine en mai, près de 7 millions à partir du mois de juin. Pas question pour le gouvernement d'être accusé une nouvelle fois de laisser dormir des vaccins dans les frigos.

Et derrière cette accélération se cache aussi une crainte de l'exécutif de ne pas atteindre ses objectifs en raison des prochains week-ends prolongés et de la défiance vis-à-vis d'AstraZeneca. 20 millions de premières injections attendues au 15 mai, 30 millions à la mi-juin. 

Romain Cluzel et Jérémy Trottin avec Guillaume Descours