RMC

"C’était les seuls jours que j’avais pour sortir...": le reconfinement passe mal en Seine-Saint-Denis, l'un des départements les plus touchés par le Covid-19

Les habitants de Seine-Saint-Denis sont partagés entre exaspération et résignation. Les élus eux, plaident pour l'accélération de la vaccination dans le département très touché par l'épidémie.

Des annonces très difficiles à avaler. Mélanie, 47 ans, préparatrice en pharmacie et habitante de Saint-Ouen en Seine-Saint-Denis, s’attendait à de nouvelles mesures mais pas si radicales: "Il y en a marre, j’ai envie de respirer sans masque. Je peux comprendre mais c’est dur pour nous en tant que citoyens". 

La Seine-Saint-Denis, comme 15 autres départements, est de nouveau confinée. Car le département concentre toutes les inquiétudes, avec un taux d'incidence qui atteint 513 cas pour 100.000 habitants et une tension hospitalière de 135%.

En plus, Mélanie devait enfin aller se reposer quelques jours dans sa famille…mais l’interdiction de sortir de la région l’en empêchera: "J’aurais aimé pouvoir partir un peu de Paris et Saint-Ouen. Dommage. C’était les seuls petits jours que j’avais pour sortir. Et bien il n’y en aura pas".

À quelques mètres, il y a Mamadou, le regard triste. Il redoute un nouveau confinement avec sa femme et ses deux enfants dans un appartement étroit. Il craint aussi de voir son activité professionnelle s’arrêter: "C’est catastrophique. Avec les enfants à la maison c’est compliqué, on a vu ce qu'il s'est passé la première fois".

>> A LIRE AUSSI - Reconfinements locaux: qu'est ce qui est autorisé? qu'est ce qui est interdit? le point sur les nouvelles restrictions sanitaires

"Je sors déjà et je continuerai à sortir"

Et pour la jeune génération, la nouvelle n’est pas réjouissante non plus, même si Sofiane étudiant de 19 ans, ne pense pas voir une grande différence avec la situation actuelle: "Cela ne change pas grand-chose, c'est déjà compliqué pour nous les étudiants depuis un an on ne fait déjà plus rien. J'avais plus l'habitude de sortir, disons que c’est un peu le coup de grâce".

Alors que Tina, 21 ans, est très claire: elle ne respectera pas ces nouvelles règles…trop dures à supporter: "Je ne me laisse pas abattre, je sors déjà et je continuerai à sortir".

Mathieu Hanotin, le maire de Saint-Denis veut vacciner davantage pour éviter de nouvelles contaminations dans le département: "Il faut qu’on change de stratégie sur la vaccination. Il ne faut pas concentrer nos vaccins sur les plus fragiles, mais sur ceux les personnes potentiellement les plus contaminatrices et toutes celles contraintes d’aller travailler, les actifs. Ça c’est une urgence". 

À partir d’aujourd’hui, le vaccin AzstraZeneca sera de nouveau utilisé en France et le rythme de vaccination devrait s'accélérer à nouveau.

Aymeric Dantreuille et Mahauld Becker-Granier (avec G.D.)