RMC

Canicule: Agnès Buzyn appelle à la vigilance

Ce mercredi, les températures sont de nouveau en légère hausse et vont continuer à grimper à partir de jeudi atteignant plus de 40 degrés dans le sud. Le ministère de la santé alerte à travers des spots radio et télé, sur les précautions à prendre.

Dix-neuf départements sont d'ores et déjà en alerte canicule orange. Il s'agit du pourtour méditerranéen, de la Corse, de la vallée du Rhône, le territoire de Belfort et l'Alsace, où le niveau 3 du plan canicule a été déclenché.

A l'occasion de ce nouvel épisode de canicule, le ministère de la Santé publie une série de spots pour donner quelques conseils de bon sens. Ils seront diffusés six fois par jour sur toutes les chaînes de radio et de télévision durant au moins une semaine.

"Les procédures sont à présent au point dans les maisons de retraites"

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, était l’invitée de la matinale de RMC, elle a détaillé les différentes consignes pour lutter contre la canicule. Des procédures, qui ont su s’adapter et tirer des leçons de la canicule de 2003. Pour la ministre, la situation "paraît sous contrôle".

"La canicule n’atteint pas que les personnes âgées, tout le monde doit être vigilant. En 2003, elle avait touché essentiellement les personnes âgées. On ne connaissait ni les symptômes ni la gravité des risques encourus. Les procédures sont à présent au point dans les maisons de retraites. (…) Tout le monde est mobilisé".

"L'été tue plus que l'hiver, il faut être attentif aux personnes dans la rue"

Agnès Buzyn l’assure, "il n’y absolument pas d’alerte aujourd'hui mais tout passe par la prévention". La ministre a donc rappelé les symptômes de déshydratation qui peuvent être méconnus ou ignorés des populations les plus vulnérables, notamment les sans-abris.

"Une très grande fatigue, des maux de tête, des nausées. Les personnes âgées ne ressentent pas toujours la soif, il faut donc s'obliger à boire. Il faut mettre à disposition de l’eau pour les personnes sans domicile fixe parce que l'été tue plus que l'hiver, il faut être attentif aux personnes dans la rue".

"Toutes les populations aujourd'hui sont concernées"

En 2003, la canicule avait entraîné la mort de près de 20.000 personnes. La ministre a donc tenu à rappeler que les personnes âgées ne sont pas les seules à risquer la déshydratation, les travailleurs extérieurs ou les sportifs aussi y sont exposés.

"Toutes les populations aujourd'hui sont concernées et doivent donc prendre des précautions. L’hyperthermie, l’augmentation de la température du corps, qui entraîne des convulsions voire le décès, survient très brutalement. On a donc peu de temps pour réagir. Il faut se rafraîchir, se mouiller le corps et boire énormément".
Bourdin Direct (avec C.P.)