RMC

CARTE INTERACTIVE - Covid-19: le Rhône, l'Aube et la Nièvre devraient passer sous "mesures de freinage renforcées"

CARTE INTERACTIVE- Reconfinements locaux: comment calculer le rayon de 10 km autour de chez soi?

CARTE INTERACTIVE- Reconfinements locaux: comment calculer le rayon de 10 km autour de chez soi? - afp

Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a donné une conférence de presse à l'issue du Conseil de défense sanitaire.

Le gouvernement compte placer trois départements supplémentaires, le Rhône, l'Aube et la Nièvre, dans la liste des départements soumis à des mesures de freinage renforcées, qui en comptait 16 jusqu'ici, a annoncé le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"Des concertations auront lieu cet après-midi" pour faire passer ces départements sous régime renforcé, a-t-il précisé, alors que le taux d'incidence dans le Rhône, et notamment à Lyon, approche la barre des 400, à 383 pour 100.000 habitants, et atteint 329 dans la Nièvre et 445 dans l'Aube, selon Santé Publique France.

Désormais 42 départements dépassent le seuil d'alerte maximale de 250 cas pour 100.000 habitants, contre seulement 23, le 10 mars. Le virus continue de gagner du terrain: 14.678 nouveaux malades du COVID-19 enregistrés ces dernières 24h. 4.634 patients sont actuellement soignés en réanimation. Un chiffre en hausse régulière depuis le 7 janvier dernier. 

Moins d'une semaine, après l'annonce du vrai-faux confinement dans 16 départements, l'exécutif joue la montre. Il est trop tôt pour que les mesures annoncées jeudi dernier changent la donne, selon les médecins, au moins deux semaines sont nécessaires avant de voir les taux d'incidence baisser et les services de réanimation se vider. 

"Relâchement"

La situation s'est tendue dans plusieurs départements, ces derniers jours. Les professionnels de santé s'inquiètent des chiffres de l'épidémie et dénoncent aussi un certain relâchement d'une partie de la population, ce qui favorise les contaminations. 

Dans le département du Rhône, le taux d'incidence atteint les 375 cas pour 100.000. Les habitants se font à l'idée de passer eux-aussi dans la liste des départements confinés: "On fera ce qu'on va nous dicter. On n'a vraiment pas le choix. Le reconfinement est probable, et même souhaitable, à un moment il faut faire les choses même si c'est désagréable." 

Dans son cabinet, Guylaine Ferré, médecin généraliste, le constate: beaucoup de ses patients se contaminent car ils ont des comportements à risque. L'augmentation des contaminations le démontre assure la présidente du syndicat MG du Rhône.

"Ca a pris 30% en 15 jours, il y a un relâchement des gestes barrières car les gens sont découragés, souffrent de ces conditions de vie et d'isolement." 
Nicolas Ropert et Kelly Vargin (avec J.A.)