RMC

"Ce n'est pas parce qu'on fait une fête qu'on va contaminer toute la ville": ces soirées étudiantes qui inquiètent en pleine épidémie de Covid-19

REPORTAGE RMC - Saint-Etienne est passée en alerte maximale alors que de nombreuses soirées étudiantes ont été pointées du doigt.

Parmi les villes et agglomérations qui sont passées en alerte maximale, il y a Saint-Etienne. Où deux enquêtes ont été ouvertes après deux soirées privées étudiantes. Dans l'une d'entre elles, près de 150 jeunes se sont rassemblés dans un appartement, c'était la semaine dernière.

Parmi eux, des étudiants d'une école de management qui a depuis dû renvoyer tous ses élèves à la maison pour 15 jours car 5 cas de Covid-19 ont été détectés. Un phénomène inquiétant et qui n'arrange pas les chiffres alarmants dans la région.

"On n'est jamais beaucoup, on est genre 20 donc ça va"

Des dizaines de personnes dans les parties communes d'un immeuble, des dizaines d'autres qui dansent dans un salon, sans distanciation, sans masques. Ce jeudi 1er octobre, l'anniversaire au départ restreint s'est vite transformé en grande fête désorganisée. Tiphanie a déjà participé à ce type de soirées, sans se soucier du danger.

"On n'est jamais beaucoup on est genre 20 donc ça va. C'est vrai que je pense pas trop au Covid. Je met mon masque dans la rue, dans le bus, quand c'est obligatoire, mais en soirée entre amis on se dit pas qu'on va faire de la distanciation sociale ou autre. C'est pas parce qu'on a fait une soirée où on est 20 ou 40 qu'on va contaminer toute une ville, il y a des gens qui font bien pire et on n'est pas là à les pointer du doigt en permanence." 

La vidéo du cluster a fait le tour des campus de Saint-Etienne, et les étudiants comme Marie connaissent les risques mais comprennent aussi les motivations de leurs camarades.

"Surtout si c'est un anniversaire, dire non par ce que le contexte le déconseille, c'est compliqué. On a été confiné très longtemps, on n'est pas sortis, c'est compliqué."

"C'est inacceptable, et ce sont ce genre d'attitudes qu'il faut sanctionner sévèrement", selon le maire

Au moins deux soirées étudiantes privées font l'objet d'enquêtes à Saint-Etienne. Sylvia Vaudou est la secrétaire du syndicat de police Alliance pour la Loire.

"Quand on est jeune on est rarement conscient des dangers. Jusqu'à ce qu'on ait trouvé un vaccin il va falloir prendre son mal en patience mais prendre des risques comme cela ce n'est pas utile."

Et ces pratiques mettent en colère Gaël Perdriau, le maire de Saint-Etienne, alors que sa ville vient de passer en alerte maximale.

"C'est évidemment irresponsable. C'est inacceptable, et ce sont ce genre d'attitudes qu'il faut sanctionner sévèrement. Ca permettrait d'éviter des situations d'interdictions voire de reconfinement ce que je ne souhaite pas."

Selon les données de Santé Publique France, le taux d'incidence du virus à Saint-Etienne est l'un des plus élevés du territoire, avec 306 cas pour 100.000 habitants.

Gwenaël Windrestin (avec J.A.)