RMC

"Ce n'est pas que d'applaudissements dont on a besoin": quand les soignants se transforment en colleurs d'affiches pour réclamer plus de moyens

Pour se faire entendre, les soignants se transforment en colleurs d'affiches devant les hôpitaux. En première ligne pendant l'épidémie de covid-19, ils réclament désormais plus de moyens, des embauches massives et une revalorisation salariale.

Tous les soignants s'accordent à le dire, les applaudissements, c'est bien, mais des moyens c'est mieux ! Le collectif inter-hopitaux ne veut pas qu'on les oublie avec le déconfinement, alors ils collent des affiches à destination des usagers, du gouvernement ou encore de leurs collègues soignants. Leur message : "On est toujours là, et dans la même difficulté", réclamant un plan d’embauche en lieu et place des médailles promises par le gouvernement.

C'est ainsi un rendez-vous devenu hebdomadaire pour certains soignants parisiens. Ils collent des affiches, près des hôpitaux, des messages pour ne pas se faire oublier du public: "Il y a marqué 'Usagers vous nous avez soutenus, rejoignez-nous'. 'J'aime mon hôpital, sauvez-le'".

Infirmier, Sébastien qui a travaillé en unité covid pendant la crise ne veut pas se faire oublier par le gouvernement: "Je n'avais jamais travaillé dans de telles conditions. En effectif on était bien, on demandait quelque chose on l'avait", assure-t-il au micro de RMC.

"Il nous faut des moyens pour faire notre travail correctement et vivre décemment"

Des conditions de travail décentes qu'ils veulent partout, dans tous les services, et pas des médailles ou des primes exceptionnelles explique Blandine, assistante sociale:

"On va battre le fer quand il est chaud et ce n''est pas que des applaudissements dont on a besoin. Il nous faut des moyens pour faire notre travail correctement et vivre décemment. Olivier Véran a évoqué des augmentations sans préciser leur montant, on demande aussi des embauches massives".

Pour continuer à se faire entendre, un rassemblement de soutien au personnel soignant est organisé ce jeudi après-midi, à l'hôpital Robert-Debré à Paris.

Gwladys Laffitte et Benjamin Pelsy (avec G.D.)