RMC

"Chirurgien de l’horreur" à Grenoble: après une accusation d’homicide involontaire, l’avocat du docteur V. porte plainte pour diffamation

L'avocat du chirurgien dénonce "un tissu de mensonges", après la plainte d'une famille qui évoque le décès d'un proche, patient du chirurgien incriminé.

Non-respect des techniques opératoires, absence de suivi médical, des oublis qui auraient conduit à des surinfections, des amputations et des infirmités. Soupçonné d'avoir réalisé une soixantaine d'opérations qui auraient tournées à la catastrophe, ce praticien a été suspendu par le Conseil de l'Ordre des Médecins.

De son côté, l'assurance maladie a transmis 54 dossiers à la justice par la CPAM pour des cas de patients suspects, pour des opérations entre 2013 et 2014. Une famille de victime l'accuse même d'avoir causé la mort d'un patient. Une enquête est en cours après un signalement de l'assurance maladie en 2016.

Le lien entre les opérations et les infirmités contesté

Bernard Boulloud, l'avocat du "chirurgien de l’horreur" doit déposer ce vendredi matin chez le doyen des juges d'instruction une plainte contre X avec constitution de partie civile pour diffamation, après les accusations de la famille du défunt. Le conseil du praticien estime qu'il faut encore démontrer le lien entre les interventions de son client et les infirmités des patients.

"Je demande à toutes les personnes qui veulent aujourd’hui rejoindre le collectif, d’être très prudent. On leur fait miroiter des chimères mais derrière, il va falloir qu’ils démontrent à chaque fois, au cas par cas, le lien qu’il y a eu entre l’intervention chirurgicale et leur infirmité. Ça, ça va être très difficile, d’autant plus qu’il y a déjà eu des rapports d’expertise qui démontrent que mon client n’a commis aucune faute professionnelle à ce niveau-là", explique-t-il à RMC.

Une enquête à charge ?

Le docteur V. accuse aussi le Conseil de l'Ordre d'avoir mené une enquête à charge contre lui, avec des témoignages réalisés sous pression, ce qui aurait conduit à sa suspension. La justice va se pencher très sérieusement sur cette affaire : une instruction judiciaire sera ouverte prochainement par le Procureur de la République.

Gwenaël Windrestin (avec C.P et G.D.)