RMC

Comment fonctionnent les nouveaux tests de sérologie, passeports pour sortir du confinement?

C'est l'une des clés pour ouvrir le verrou du déconfinement: les tests de sérologie, qui permettront de dire si quelqu'un a eu le Covid-19 et peut retourner travailler, sont l'un des enjeux internationaux majeurs des semaines à venir.

Aujourd'hui ce qui est réalisé à grande échelle, ce sont les tests dit PCR. Il y en a eu plus de 36.000 réalisés sur la journée de jeudi. Dans la pratique, c'est un prélèvement nasal, avec une sorte de grand coton-tige. Prélèvement de sécretion, qui ensuite doit passer en laboratoire, pour détecter ou non la présence du virus. Test très utile déployé à l'échelle industrielle en Allemagne, plus de 70.000 tests par jour, mais qui est sujet à caution: entre 20 et 30% de ces tests sont des faux négatifs. C'est la plupart du temps dû à un mauvais prélèvement, pas assez en profondeur dans le nez.

D'ici quelques jours, un nouveau test arrive sur le marché. C'est un test sérologique, il analyse le sang. Très facile à utiliser, moins cher que le test PCR, le résultat est connu en 15 minutes.

"Cela permet d'évaluer l'immunisation d'une personne"

"Vous allez pouvoir voir comment ça évolue, si vous l'avez ou si vous l'avez eu. Et si vous avez une atteinte, si elle est durable. Cela permet d'évaluer l'immunisation d'une personne. C'est très bien pour suivre qui a été malade ou non", explique Ali Afdjei, le médecin qui a conçu le test français.

Il sera très utile dans les jours à venir, mais n'a pas d'intérêt pour les malades d'aujourd'hui. Il détecte la réaction immunitaire du patient. C'est donc un test qui servira à recenser les personnes qui ont été malades et les autres. Indispensable en vue du déconfinement.

Les tests de sérologie permettront aussi de dire quelle est réellement la proportion de la population mondiale qui a été infectée et est donc potentiellement immunisée, vraisemblablement largement supérieure aux évaluations actuelles. Cela aidera à cerner plus précisément le taux de mortalité du coronavirus, qui ne fait pour l'instant l'objet que d'estimations.

Thomas Chupin (avec P.B.)