RMC

"Comment peut-on être aussi peu proche de la réalité?": colère des petites communes visées par le couvre-feu

Les maires des petites communes situées aux alentours d'Aix-en-Provence et Marseille ont appris avec surprise et incompréhension qu'ils étaient aussi concernés par la mesure de couvre-feu en place à partir de ce weeke-end.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un covre-feu va être mis en place à minuit comme l'a annoncé Emmanuel Macron mercredi soir. Ce couvre-feu s'applique donc dans toute l'Île-de-France et dans 8 autres métropoles. Ce sont en tout 1.683 communes qui sont concernées par ces nouvelles mesures. Et dans la métropole Aix-Marseille certains élus locaux sont en colère.

Lorsqu'ils ont entendu le président de la République mercredi soir, ils pensaient que seulement les communes d'Aix-en-Provence et de Marseille seraient concernées. Jusqu’à présent les villages avaient été épargnés par les différents arrêtés. Mais cette fois, c’est l’ensemble des 92 communes de la métropole qui sont bel et bien concernés par le couvre feu. 

Les élus locaux des petites communes de la métropole ont donc eu jeudi, au cours d'une réunion en préfecture, la surprise d'apprendre que cette fois ci, ils étaient bien concernés par la mesure.

En sortant de la réunion avec le préfet, Daniel Gagnon le maire de Cornillon-Confoux est sous le choc. Il vient d’apprendre qu’il devrait faire respecter le couvre-feu dans sa commune de 1.500 habitants

"Moi je n'ai pas de cas de Covid sur ma commune, pas un. Il me reste deux restaurants, là, on les achève. Terminé. Ils vont fermer, on ne peut plus tenir."

"Comment peut-on être aussi peu proche de la réalité des gens et du quotidien ?"

Beaucoup d’élus s’attendaient à ce que seuls Aix et Marseille, les deux grandes villes, soient concernées par la mesure, comme l'explique Georges Christiani, président de l'association des maires de Provence.

"Je le sais qu'il y a des gens qui souffrent et qu'il y a des décès. Mais ce n'est pas comme ça qu'on fait. Pas en affolant, les gens dans une incohérence totale. Comment peut-on être aussi peu proche de la réalité des gens et du quotidien ?"

Dans le département des Bouches-du-Rhône seule Arles et les communes alentours sont épargnées par le couvre-feu. 

Margaïd Quioc (avec J.A.)