RMC

Comment se passe le confinement en Espagne?

C'est une situation inédite qui va se dérouler à partir de mardi midi dans notre pays. Nos voisins Espagnols sont dans une situation similaire. Là-bas certains commencent à trouver le temps long.

Ce que la France commence à vivre, les Espagnols le vivent déjà depuis samedi minuit et la proclamation de l'Etat d'alerte. Pendant au moins 15 jours les 46 millions d'habitants doivent rester chez eux. Comme en France désormais, les Espagnols peuvent sortir pour faire leurs courses, aller chez le médecin ou la pharmacie, se rendre au travail et promener leur chien.

S'ils sortent pour d'autres raisons, la police peut les verbaliser. L'amende peut atteindre 250 euros. Des militaires ont été déployés pour renforcer la police dans 14 villes du pays. Depuis minuit les frontières du royaume sont fermées. Seuls les ressortissants, les résidants, les travailleurs frontaliers et les justifiant d'un cas de force majeure sont autorisés à entrer en Espagne.

"Dimanche matin, quelques personnes continuaient à vivre normalement, maintenant on leur met des amendes"

Une vie très contraignante et un avant-goût de ce qui nous attend en France. Confiné avec sa femme et ses trois enfants dans son appartement, Pascal un français installé à Valence commence à trouver le temps long.

Pascal peut sortir de chez lui pour aller au travail, faire ses courses ou pour se rendre chez le médecin. Et dans la rue la police veille, toute sortie non indispensable est sévèrement réprimée.

"On vit maintenant cloitrés depuis vendredi. On a les voitures de police qui passent et qui disent au mégaphone de rester à la maison. Dimanche matin, quelques personnes continuaient à vivre normalement, maintenant on leur met des amendes."

"L'objectif de cette mesure n'est rien d'autre que de protéger les citoyens et de contenir l'expansion du coronavirus"

L’amende peut atteindre 250 euros et depuis lundi matin, l'Espagne a encore monté d'un cran l'interdiction de circulation. Le royaume a fermé ses frontières. Une mesure choc, Fernando Grande-Marlaska, le ministre de l'intérieur.

"L'objectif de cette mesure n'est rien d'autre que de protéger les citoyens et de contenir l'expansion du coronavirus."

Depuis l'arrivée de la pandémie dans le royaume, l'Espagne est devenu le deuxième pays le plus toucher d'Europe après l'Italie. Le bilan s'élevait ce mardi à 491 morts et 11.718 cas de contamination.

Benjamin Pelsy (avec J.A.)