RMC

Comment un salon de coiffure a permis de démontrer l'utilité du masque contre le Covid-19

Le masque freine bel et bien la propagation du virus. C'est ce que démontre une nouvelle étude menée dans un salon de coiffure aux États-Unis.

Fallait-il vraiment le prouver? Alors que le débat sur le port obligatoire du masque dans les lieux clos fait encore parler de lui en France, la raison précise de cette obligation est pourtant bien connue: la transmission du virus par aérosol, c’est-à-dire des gouttelettes qui restent suspendues dans l’air. Le masque fait donc, de fait, office de barrière. Les médecins en sont persuadés.

Une nouvelle étude le prouve ce matin. Etude réalisée dans un salon de coiffure américain du Missouri. Pourquoi un salon de coiffure? Parce qu’au mois de mai, deux employés se mettent à ressentir des symptômes respiratoires. Ils ont un doute, passent un test et celui-ci s'avère être positif.

Mais en attendant de connaitre les résultats, ils décident de continuer à travailler en portant le masque. Un modèle en coton et un modèle chirurgical. Evidemment quand les résultats tombent, le salon ferme immédiatement. Mais on se met à surveiller l’état de santé des 140 patients qui se sont fait couper les cheveux récemment. Des clients de tous âges, restés entre 15 et 45 minutes selon la coupe, la plupart avec des masques pendant la séance.

Certains acceptent de réaliser un test et ils sont négatifs à chaque fois. D’autres refusent mais d’après la surveillance, aucun ne présente le moindre symptôme.

Le bilan est très clair selon les Centres Américains de Prévention: cette étude et cet exemple montrent bien que le masque freine la propagation du coronavirus. Et que se couvrir le visage permettra sans doute d’éviter de nouvelles vagues de l’épidémie.

Quentin Vinet