RMC

Coronavirus à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle: "20 militaires toujours hospitalisés, dont un en réanimation"

Éric Lavault, porte-parole de la Marine nationale, était interrogé par Jean-Jacques Bourdin, sur RMC.

Comment expliquer l'arrivée de ce virus à bord du porte-avions Charles-de-Gaulle? 668 marins sur 1767 ont été testés positifs au coronavirus, soit un tiers des effectifs du vaisseau, selon le ministère des Armées. "La grande majorité d'entre eux ne suscitent pas d'inquiétude. 20 militaires sont toujours hospitalisés, dont un en réanimation, dont l'état est stationnaire", a annoncé le porte-parole de la Marine nationale sur RMC. Ils étaient 31 hospitalisés, il y a encore deux jours. 

Reste que ce bilan pourrait empirer: aujourd'hui, 30% des tests effectués sur les marins n'ont pas encore livrés leur résultats.

Le bâtiment nucléaire français (1.750 marins) et la frégate de défense aérienne qui l'accompagnait (200 marins) ont rejoint le port de Toulon dimanche avec deux semaines d'avance, après la découverte initiale d'une cinquantaine de cas de coronavirus. Les marins ont été placés en isolement sanitaire pendant 14 jours avant de pouvoir regagner leur foyer. 

Une escale, il y a un mois

Comment expliquer cette épidémie? "Une enquête est en cours pour savoir comment le virus est arrivé" a précisé Éric Lavault, porte-parole de la Marine nationale sur RMC, interrogé par Jean-Jacques Bourdin. 

Et pour cause: l'équipage n'avait pas été en contact avec un élément extérieur depuis une escale à Brest, du 13 au 15 mars. Les marins avaient alors pu descendre à terre, mais en respectant les gestes barrières et l'interdiction des rassemblements de plus de 100 personnes en vigueur à l'époque. Parallèlement, une relève d'une cinquantaine de personnes a embarqué lors de cette escale. Voilà, peut-être, l'origine de la contamination. 

Face aux critiques, l'armée a indiqué la semaine dernière qu'aucune "erreur d'appréciation" n'avait été constatée. Le chef d'état-major de la Marine française, l'amiral Christophe Prazuck, a désormais "ordonné une enquête de commandement afin de tirer tous les enseignements de la gestion de l'épidémie au sein du groupe aéronaval", selon le ministère. Aucun autre bâtiment de la Marine ne serait touché selon le porte-parole de la Marine nationale sur RMC.

Jean-Baptiste Bourgeon avec Xavier Allain