RMC

Coronavirus: certaines grandes entreprises françaises vont-elles bientôt être nationalisées?

Face à la crise du coronavirus, de nombreux fleurons de l'industrie française sont à l'arrêt. Le Premier ministre assure que l'Etat prendra ses responsabilités s'il faut nationaliser.

Certaines grandes entreprises Françaises seront-elles bientôt nationalisées? Invité du journal de France 2 mardi soir à 20h, Edouard Philippe, le Premier ministre, a affirmé qu'il serait possible de nationaliser certaines des grandes entreprises Françaises les plus en difficulté, face à cette crise sanitaire sans précédent.

Faisant référence à la "compagnie nationale", Air France, en difficulté depuis le début de la crise. En Italie, le gouvernement a annoncé qu'il entendait nationaliser Alitalia, sa compagnie nationale. Des propos qui confirment ceux prononcés par Bruno Le Maire, le ministre de l'économie, plus tôt dans la journée. Même si Edouard Philippe a indiqué qu'il ne comptait pas en arriver jusqu'à l'interdiction de licencier.

L'idée du gouvernement est d'éviter la faillite pour les fleurons de l'économie Française. Et ce, alors que certains groupes français sont très durement secoués en Bourse et que l'Autorité des marchés financiers (AMF) a interdit pour 24 heures les ventes à découvert sur une centaine de titres.

L'Etat prendra "ses responsabilités", affirme Edouard Philippe, le Premier ministre. Certaines grandes entreprises Françaises voient leurs actions couler en bourse, d'autres comme PSA, Renault ou Michelin ferment leurs usines.

Air France visé ?

L'exécutif se dit donc prêt à aller jusqu'à la nationalisation pour les sauver. Principal intéressé: Air France-KLM, dont l'Etat est actionnaire à hauteur de 14,5%. C'est l'une des premières entreprises touchées de plein fouet par la crise du coronavirus: avions cloués au sol, réduction de 70 à 90% de son activité lors des deux prochains mois... Conséquence : 80% des près de 40.000 salariés du groupe devraient être mis au chômage partiel, dès lundi prochain.

"Des nationalisations en cas d'extrêmes difficultés, pas par idéologie", précise Edouard Philippe, en référence aussi à la nationalisation lancée par le gouvernement Italien pour sauver la compagnie aérienne Alitalia.

Paul Barcelonne (avec J.A.)