RMC

Coronavirus: les frontières des pays européens ferment les unes après les autres

L'Europe est à l'"épicentre" de la pandémie, a averti ce vendredi l'Organisation mondiale de la Santé. Alors, pour se protéger, de nombreux pays ont décidé de fermer leurs frontières.

"En dehors de la Chine, le continent européen fait état de plus de cas et de morts que partout ailleurs dans le monde", précise l'OMS. Alors, pour lutter contre la propagation du virus, les mesures sanitaires se multiplient en Europe.

En Autriche, Bulgarie, Belgique, République Tchèque, Espagne, les commerces non essentiels comme les cafés, les restaurants et les bars doivent rester fermés. Les cours ne sont plus assurés en Belgique, en France, au Portugal, en Suisse, en Croatie, en Espagne et dans la plupart des régions allemandes.

Emmanuel Macron propose à l'Union européenne la mise en place de contrôles renforcés aux frontières autour de l'espace Schengen, voire de les fermer dans des zones à risques.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a elle rappelé que "les interdictions de voyage générales ne sont pas considérées comme très efficaces par l'OMS" et plaidé pour des contrôles sanitaires.

Fermeture des frontières, contre l'avis de la Commission

Mais beaucoup font cavaliers seuls et ferment leurs frontières sans consultation avec l'Europe. C'est le cas de l'Ukraine, de la République tchèque ou du Danemark. En Pologne, suspension dès ce samedi soir du trafic aérien et ferroviaire vers, ou depuis l'international. Les voyageurs étrangers ne pourront donc plus entrer dans le pays. La Pologne impose aussi des contrôles sanitaires aux frontières avec l'Allemagne et la République tchèque.

D'autres pays ont pris des mesures sur leurs frontières avec l'Italie. C'est le cas de la Slovénie, de la Suisse ou de l'Autriche. L'Autriche, qui suspend aussi ses vols avec la France, l’Espagne et la Suisse. Pareil pour la Turquie qui supprime les liaisons avec 9 pays européens. La Russie fera de même à partir de lundi.

L'Espagne, deuxième pays le plus affecté d'Europe pourrait bien lui aussi, fermer ses frontières. Un conseil des ministres extraordinaire doit déclarer ce samedi l'état d'urgence dans le pays, où le coronavirus a déjà fait 120 morts.

Capucine Bouillot (avec C.P.)