RMC

Coronavirus: nouveau foyer d'épidémie identifié dans le Val-d'Oise

RMC
Neuf cas confirmés de COVID-19, dont un "dans un état sévère", ont été signalés dans le village de Méry-sur-Oise.

Un nouveau foyer de contamination au coronavirus a été identifié dans le Val- d'Oise en région parisienne, touché à son tour par l'épidémie qui s'est propagée en quelques semaines à l'ensemble du territoire français, faisant sept morts.

Le préfet du Val d'Oise (95) a signalé vendredi matin un nouveau foyer de "neuf cas confirmés de COVID 19", dont un "dans un état sévère", dans le village de Méry-sur-Oise, précisant qu'un "lien avait pu être trouvé entre" ces personnes qui vivent toutes "dans un périmètre géographique restreint". 

Conséquence: tous les rassemblements en milieu clos sont interdits dans la commune par arrêté préfectoral jusqu'au 20 mars inclus. En revanche les écoles restent ouvertes. 

Le dernier bilan dressé par les autorités jeudi soir, faisait état de 423 contaminations, dont 28 graves en réanimation et surtout, 138 nouveaux cas confirmés et trois nouveaux décès rapportés en une seule journée. 

Par ailleurs, le nombre de personnes contaminées par le coronavirus a été multiplié par huit dans le Haut-Rhin en 48 heures, a annoncé vendredi le préfet Laurent Touvet lors d'une conférence de presse.

"Il y a deux jours, nous étions à 10 cas avérés dans le Haut-Rhin, en 48 heures, ce nombre a été multiplié par huit", a expliqué M. Touvet, ajoutant que le département était considéré comme un "cluster" tout en appelant à "ne pas céder à la psychose".

"Stade 3"

L'augmentation rapide du nombre de cas conduit les autorités à préparer le stade 3 des mesures de précaution. "Il y a un moment où, nous le savons tous (...) une épidémie est de toutes façons inexorable", a prévenu le chef de l'Etat qui a reçu jeudi soir une vingtaine de spécialistes à l'Elysée pour "essayer de stopper l'arrivée, ensuite pour ralentir" la propagation du virus en France, l'un des principaux foyers du virus en Europe, avec l'Italie et l'Allemagne.

Pour le Pr Jean-François Delfraissy, spécialiste des maladies infectieuses qui participait à la réunion, le passage de la phase 2 à la phase 3, celle de l'épidémie qui imposera des restrictions plus contraignantes, interviendra "entre quelques jours et une ou deux semaines". Cette nouvelle phase impliquera notamment la suspension de transports en commun, une restriction des rassemblements et des fermetures d'écoles, soit un ensemble de mesures plus perturbantes pour la vie quotidienne. 

La rédaction de RMC (avec AFP)