RMC

Coronavirus: pourquoi Douste-Blazy soutient Raoult sur la chloroquine

Au micro de RMC, l'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy a redit ce dimanche soir l'importance, selon lui, d'autoriser les médecins français à prescrire de l’hydroxychloroquine aux malades du coronavirus. Il rappelle par ailleurs que les essais effectués par le professeur Didier Raoult sont très concluants.

Alors que le corps médical se divise actuellement sur l'usage de l'hydroxychloroquine pour traiter les malades du Covid-19, le professeur marseillais Didier Raoult a reçu ces derniers jours un soutien de poids: celui de l'ancien ministre de la Santé, Philippe Douste-Blazy. L'ex-maire de Toulouse, lui-même médecin, a exhorté dans une vidéo Emmanuel Macron et Olivier Véran à permettre "la prescription de la chloroquine aux malades avant qu’il ne soit trop tard".

Interrogé par RMC ce dimanche soir, Douste-Blazy (qui est membre du Conseil d'Administration de l'IHU Marseille dirigé par Didier Raoult) a détaillé cette prise de position.

"Tout cela est absolument inexplicable, lance-t-il. Nous avons d'un côté des gens qui arrivent par centaines dans les hôpitaux. Et de l'autre un choix à faire: soit on ne fait rien, c'est-à-dire on donne du Doliprane et rien d'autre, soit nous avons un homme (le professeur Raoult) et son équipe qui ont fait un essai dont les derniers résultats montrent que 93% des malades qui sont soignés par 600 mg de Plaquenil (la chloroquine) et 250 mg d'azithromycine n'ont plus de charge virale au bout de huit jours. L'amélioration des signes cliniques est considérable dans tous les cas. Il n'a eu, sur les 80 cas testés, qu'une personne décédée, de 85 ans, et une personne de 74 ans aux soins intensifs. Les autres vont bien, n'ont connu aucune aggravation, et surtout comme ils n'ont plus de charge virale, ils ne sont plus contagieux. C'est une avancée majeure."

"Je voudrais avoir un essai parfait, mais je n'ai pas le temps pour cela"

Quant aux effets secondaires, ils seraient selon l'ancien ministre trop peu importants pour écarter une telle option.

"Ce médicament est totalement inoffensif et surtout pour une période de 10 jours, assure Douste-Blazy, qui a rejoint la réserve sanitaire au Samu 92. Je sais qu'il y a parmi les effets secondaires des troubles du rythme cardiaque pour les personnes âgées déjà cardiaques. Alors soit, faisons un électrocardiogramme à chaque fois qu'on donne du Plaquenil. Mais empêcher les médecins français hospitaliers ou libéraux de prescrire en leur âme et conscience ce traitement, alors que ce le professeur Raoult montre qu'il y a de l'espoir, je ne comprends pas."

Pas plus qu'il ne comprend les réticences des professionnels évoquant un protocole dangereux, car non testé. "Quand on est en guerre, on est en guerre, estime Philippe Douste-Blazy. Bien sûr, je suis épidémiologiste et j'aimerais avoir des essais cliniques. Toute ma vie, j'ai fait des essais cliniques. Je voudrais avoir un essai parfait. Mais je n'ai pas le temps pour cela. Le jour où j'aurai un essai clinique parfait, ce sera trop tard."

Clément Chaillou