RMC

Coronavirus: une expérience sur des hamsters prouverait l'efficacité des masques

De plus en plus de Français portent le masque. Ça tombe bien: leur efficacité est prouvée par une étude… étonnante.

Portez-vous le masque? Depuis le déconfinement, de plus en plus de Français portent le masque. Et c'est une très bonne chose selon une étude menée par des chercheurs à Hong Kong... sur des hamsters! 

Ces spécialistes ont placé des cages contenant des hamsters infectés à côté de cages contenant des hamsters en bonne santé. Ils voulaient ainsi voir si les animaux malades allaient contaminer les autres. Ils ont mis en place une soufflerie pour pousser le virus. Et ils ont installé des masques entre les cages pour voir si cela faisait vraiment barrière. 

Résultat: la transmission du virus est réduite de 60% avec le masque. Alors que deux hamsters sur trois tombent malades quand il n’y a pas le masque.

Ce serait donc bien la preuve que le masque est efficace selon le médecin de Hong Kong à l’origine de cette étude: un expert en coronavirus, qui avait découvert le SRAS en 2003... et un grand défenseur du masque également. 

De moins en moins de respect des gestes barrières

En revanche, ce fameux masque, il ne faut pas le jeter par terre. Les éboueurs de Paris et de Lyon se sont indignés ce week-end en constatant qu’il y en avaient de plus en plus par terre, sur le trottoir.

Tout le monde ne fait pas l’effort de les jeter à la poubelle. A tel point que la mairie de Paris en appelle au civisme: "Il faut continuer à protéger les autres et penser aux agents de propreté… L’idéal pour les gants, les masques et les mouchoirs, c’est de les enfermer dans un sac plastique, puis de le jeter au bout de 24h".

Un message d'alerte alors que, selon Santé Publique France, les Français sont de moins en moins vigilants et respectent de moins en moins les gestes barrière. On se lave moins souvent les mains, on oublie de tousser dans son coude ou d’utiliser un mouchoir unique, on ne fait pas vraiment attention à la distance d’un mètre entre chaque personne… Tous les indicateurs de vigilance sont en baisse entre fin mars et début mai selon cette étude. 

Les moins vigilants: les hommes des catégories socio-professionnelles supérieures et les habitants du Sud-Est qui sont à peine la moitié à respecter la distanciation sociale.

Ainsi, seulement quatre personnes sur dix respectent scrupuleusement les quatre grandes consignes: les mains, le coude, les distance, la bise.

Quentin Vinet et Xavier Allain